Sanctions disciplinaires

Vidéos obscènes : les lycéennes de Djoué Dabany écopent de 21 jours d’exclusion

Vidéos obscènes : les lycéennes de Djoué Dabany écopent de 21 jours d’exclusion
Vidéos obscènes : les lycéennes de Djoué Dabany écopent de 21 jours d’exclusion © 2021 D.R./Info241

Après le volet judiciaire de l’affaire des vidéos obscènes d’élèves de lycées de la capitale gabonaise, place à celui des conseils de discipline. Selon un procès verbal que s’est procuré la rédaction d’Info241, les adolescentes du lycée privée Djoué Dabany (LDD) ont été fixées hier sur leur sort. Elles écopent de leur établissement, d’une légère exclusion temporaire de 21 jours incluant 15 jours de cours perdus. Elles regagneront leur classe ce lundi 15 février.

News sur WhatsApp

Lire aussi >>> Vidéos « obscènes » d’élèves : petite averse de condamnations judiciaires sans effet !

Les quatre jeunes filles qui s’étaient rendues coupables de vidéos jugées obscènes notamment par le ministère de l’Education nationale, ont reçu ce lundi leurs sanctions scolaires. Au terme du conseil de discipline présidé hier par le proviseur Guy Nguema Ondo, les jeunes filles de seconde et première littéraire devraient regagner leur salle de cours ce lundi dès 7h30.

Le procès verbal de ce conseil que nous nous sommes procuré précise que les mises en causes à l’origine de la vidéo publié le 21 janvier dernier, étaient toutes présente au cours de ce conseil de discipline. « En considération du traumatisme causé et le tollé général suscité par ces comportements déviants, les élèves écopent d’une exclusion temporaire de 21 jours, incluant les quinze jours de cours perdus avec effet rétroactif », a tranché le conseil de discipline.

Durant la période restante de leur exclusion, les jeunes filles ne chômeront pas. « Durant les six jours d’exclusion, elles seront astreintes à des travaux d’intérêt général dans l’établissement », précise le conseil. Parmi ces travaux figurent la rédaction d’une charte de bonne conduite des élèves, des activités ludiques et périscolaires ou encore la sensibilisation sur la Covid-19, les dangers des réseaux sociaux etc.

De plus, « A compter du 15 février 2021, une fois par semaine, elles se soumettront à une évaluation de leur comportement et de leur travail auprès des services spécialisés, et ce, jusqu’en fin d’année », a tablé le conseil contre les quatre élèves. De quoi les empêcher de rééditer leur exploit qui a fait bondir nombre d’autorités et choqué une partie de la société.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article