Front social

Malgré les menaces de radiation, les enseignants du Gabon poursuivent leur grève illimitée

Malgré les menaces de radiation, les enseignants du Gabon poursuivent leur grève illimitée
Malgré les menaces de radiation, les enseignants du Gabon poursuivent leur grève illimitée © 2021 D.R./Info241

Après les menaces de radiation brandies lundi soir par le gouvernement gabonais contre les enseignants, la réaction des concernés ne s’est pas fait attendre. Au cours d’un point de presse mardi à Libreville, la coalition SENA/CONASYSED a dénoncé rétention illégale des bons de caisse des enseignants grévistes, la poursuite de leur mouvement de grève, la violation de plusieurs textes et l’annonce d’une assemblée générale de « riposte » ce samedi. Un climat explosif dans ce secteur en grande détresse depuis le 27 septembre, date de la rentrée scolaire.

Info241 sur Whatsapp

Lire aussi >>> Criant à la grève « politique », le gouvernement gabonais veut radier les enseignants grévistes

Le gouvernement gabonais qui s’est radicalisé dans ses positions dans cette crise, a finalement obtenu celle des syndicats en grève dans l’enseignement primaire et secondaire. Les autorités gabonaises qui avaient déjà tenté le mois dernier de couper le cou de ce mouvement de grève avec le placement sous bons de caisse des grévistes, est désormais accusé de la rétention illégale de ceux-ci. C’est du moins, ce qu’a affirmé hier la coalition SENA/CONASYSED dans une déclaration commune à la presse suite aux nouvelles menaces du ministère de l’Education nationale.

Bataille des chiffres

Pour Fridolin Mve Messa, porte-parole de cette coalition, la situation est loin de celle décrite par les autorités qui ont avancé plusieurs chiffres attestant de leur bonne foi dans la résolution de cette crise. Non retorquent les enseignants qui ont relevé 682 dossiers en attente de régulation contre les 390 avancés officiellement par le gouvernement. La coalition a annoncé des poursuites contre plusieurs autorités notamment le secrétaire général du ministère de l’Education nationale, Théodore Koumba, pour les nombreuses violations de textes règlementaires dans la gestion de cette grève. Des poursuites décidées lors de l’assemblée générale du 4 décembre.

Les grévistes ont par ailleurs rappelé les 6 points prioritaires de leurs revendications : la signature de l’arrêté organisant le concours interne ENS/ENI, la commission ministérielle d’examen des dossiers des enseignants en activité (pour les avancés et les reclassements), l’audience avec le Premier ministre, la mise en place d’un guichet spécial chargé de l’accélération du traitement des situations administratives au regard de leur nombre, le renforcement du dispositif sanitaire Covid-19 dans les établissements et les nominations des autres personnels de l’éducation nationale y compris les chefs d’établissement en conseil des ministres.

La grève se poursuit

« Oui monsieur le ministre, les enseignants désabusés attendent des réponses concrètes. Votre projet de radier les enseignants relève de la pure démagogie car il risque de se heurter lourdement aux dispositions légales qui encadrent la gestion de l’agent public », a lancé Fridolin Mve Messa. « Dans cette veine, il n’est pas inutile de rappeler que la grève n’est ni une faute professionnelle ni un délit encore moins un crime. Vous ne parviendrez nullement par les menaces, par les intimidations, à endiguer la vague de colère, d’indignation et de protestation qui gagne l’ensemble des enseignants du Gabon », a-t-il retorqué.

La grève se poursuit donc malgré les nouvelles menaces des autorités gabonaises qui font un chantage insidieux sur le salaire des enseignants et désormais la radiation pour les grévistes. Un dialogue de sourd qui ne profite ni à apaiser les tensions ni à trouver une issue à la crise. Ce d’autant que la coalition a annoncé la tenue ce samedi d’une assemblée générale de riposte à 10h à l’école Martine Oulabou de Libreville pour certainement durcir le ton de cette grève qui perdure encore.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article