Faits divers

Le marché Mont-Bouët à nouveau victime d’un grave incendie

Le marché Mont-Bouët à nouveau victime d’un grave incendie
Une vue des dégâts hier © 2016 D.R./Info241

Le principal marché de la capitale gabonaise, celui de Mont-Bouët, a de nouveau été mardi nuit la victime d’un grave incendie ayant ravagé une trentaine d’échoppes. Survenu dans la nuit de mardi, c’est le second incendie de l’année que subit ce marché, situé pourtant non loin de l’unique caserne de sapeurs-pompiers de Libreville.

Moov Africa

Hier encore, les flammes ont pris d’assaut le marché de Mont-Bouët. C’est le second de l’année après celui survenu le 16 mars dernier. Cette fois, ce sont une trentaine de magasins qui a été consumée par le feu, selon des commerçants rencontrés sur place.

Une vidéo amateur de l’incendie filmé par un riverain

L’incendie se serait déclaré mardi vers 22h et aurait rapidement détruit le centre de ce marché, le plus prisé de Libreville. Les pompiers alertés par les riverains, ont dû livrer une bataille sans merci pour venir à bout des flammes sous quelques heures. Au matin, la désolation et la colère pouvaient se lire sur les visages des commerçants qui se plaignent de ces incidents et des centaines de millions perdus sans pouvoir avoir l’espoir d’être indemnisés.

L’incendie a fait de gros dégats

En effet, le marché de la capitale a subit ces dernières années plusieurs fois les affres des flammes sans que le résultats des enquêtes pourtant diligentées par le parquet de Libreville ne soient connues encore moins que les responsabilités soient situées. D’autant qu’il s’agit du 6e incendie déclaré depuis 2009 dans l’édifice commercial.

Comme toujours, les conclusions d’enquêtes ouvertes restent secrètes et inconnues du grand public. L’autre inquiétude réside sur la capacité des pompiers à circonscrire dans les temps de telles avaries.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article