Journée de reflexion

L’usage rationnel du médicament au menu de la 2e Journée pharmaceutique du Gabon

L’usage rationnel du médicament au menu de la 2e Journée pharmaceutique du Gabon
L’usage rationnel du médicament au menu de la 2e Journée pharmaceutique du Gabon © 2022 D.R./Info241

Libreville a abrité ce vendredi, la 2e Journée pharmaceutique nationale. Sous le thème évocateur « l’usage rationnel du médicament », l’Ordre national des pharmaciens du Gabon (ONPG) et le syndicat des pharmaciens du Gabon (SYPHARGA) ont posé le diagnostic de la problématique liée à l’accès au médicament au Gabon avant de proposer quelques résolutions qui en réduiraient sa carence. C’était en présence du ministre de la Santé Guy Patrick Obiang Ndong.

Info241 sur Whatsapp

Sous la houlette notamment des docteurs Patience Flore Ntogone Oke Asseko, présidente de l’Ordre des pharmaciens du Gabon et Ange Mbinzdou Mouelet, directeur de l’agence du médicament, Guy Patrick Obiang Ndong a procédé hier en fin de matinée à l’ouverture de la 2e journée pharmaceutique nationale. Devant un parterre d’invités essentiellement composé de spécialistes de cette composante scientifique, l’essentiel des discussions pour la plupart faits d’exposés au moyen de projections ont tourné sur l’état réel de la couverture médicale et l’usage qui en est fait au Gabon.

Une vue de l’assistance

Ainsi, se succédant les uns aux autres sur le pupitre, pharmaciens et cliniciens ont pu relever l’ensemble des étapes de la chaîne, sinon du circuit du médicament au Gabon. De l’usine de fabrication à sa destination finale. Aussi, ont-ils relevé plusieurs écueils qui entravent son usage rationnel. Un constat qui a pour conséquence immédiat que beaucoup de patients, parfois par ignorance, recourent systématiquement aux faux médicaments qui ont pignon sur rue à Libreville comme partout à l’intérieur du pays.

Dans un pays où des chiffres et graphiques révèlent un désert médical estimé à près de 75% du territoire national, tandis qu’à elles seules les provinces de l’Estuaire et de l’Ogooué maritime bénéficient d’une couverture qui avoisine les 25% du territoire national. Un désert médical qui en fait une aubaine pour les contrebandiers du médicament à travers le monde. Coté solutions, le ministre de la Santé a évoqué la création d’une agence du médicament et un renforcement de la réglementation pendant que les pharmaciens, par la voix d’Ange Mbinzdou Mouelet se sont réjouis entre autres amorces de solutions, de la réforme de l’Office pharmaceutique national, le projet de la carte pharmaceutique en vue de planifier les ouvertures des établissements et lutter contre les déserts pharmaceutiques.

Outre ces présentations, les participants ont eu droit à une visite des stands dressés à l’occasion par quelques opérateurs du secteur.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article