CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 14 /48h
Nombre de décès depuis mars 2020 164 +1

Situation vaccinale

Première dose 59 315
Seconde dose 40 925

% de la population

2,85%
1,97%

Situation globale

54 -10 40 925 25 384 +14
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Liberté de la presse

Un journaliste jeté en prison au Gabon pour avoir interviewé un syndicaliste

Un journaliste jeté en prison au Gabon pour avoir interviewé un syndicaliste
Juldas Biviga, le journaliste en prison pour avoir interrogé un syndicaliste © 2017 D.R./Info241

Le Gabon et ses autorités judiciaires ont toujours autant maille à partir avec la liberté de la presse. Un journaliste, Juldas Biviga, officiant à l’antenne locale de la radio publique d’Etat de Tchibanga (Nyanga, sud-est), a été écroué samedi pour avoir interviewé Marcel Libama, un enseignant-syndicaliste lui aussi incarcéré dans la foulée à la demande de Jean Pierre Boungoulou, procureur local de la République visiblement mécontent.

Moov Africa

Notre confrère Juldas Biviga de Radio Massanga (RTG1) est inquiété judiciairement depuis samedi pour avoir tendu son micro à Marcel Libama, venu suivre le procès d’un autre syndicaliste poursuivi par les autorités locales gabonaises. Selon des sources syndicales, Juldas Biviga serait poursuivi lui, pour diffamation par voie de presse contre le premier responsable judiciaire de Tchibanga, en la personne de Jean Pierre Boungoulou. L’interview avait été réalisée avant l’arrestation le 15 janvier de Marcel Libama par les mêmes autorités locales, a confié à Info241 une source syndicale.

Juldas Biviga sur son lieu de travail

Ainsi pour avoir eu à couvrir une actualité judiciaire locale, Juldas Biviga se retrouve en prison, en raison de son métier de reporter radio. Son seul crime étant d’avoir voulu donner la parole à l’un des soutiens d’un mis en cause traduit en justice. Notre confrère paye le lourd tribut puisque le procureur de la République près du tribunal de Tchibanga s’est plongé dans une longue colère noire au point de se substituer à la fois à la loi et même au Conseil national de la communication, le gendarme des médias dans notre pays.

Jeudi dernier, le jour de son arrestation, monsieur Libama s’était rendu à Tchibanga, à la demande de ses pairs de la confédération syndicale pour le procès de Cyprien Mougouli, un délégué provincial de la CONASYSED, arrêté lui aussi de manière « arbitraire » et détenu depuis un mois à la prison centrale de Tchibanga. Mougouli avait été emprisonné pour avoir organisé une assemblée générale syndicale sans « autorisation » dans la localité.

Pour montrer sa détermination à en découdre avec ses « détracteurs » désignés, le procureur de la République Jean Pierre Boungoulou a à la suite d’une courte garde à vue, placé en détention notre confrère et le syndicaliste Marcel Libama. Le triple procès de ces personnes désormais incarcérées a été fixé au 29 juin, toujours dans la juridiction judiciaire de ce procureur.

Rappelons qu’au dernier classement mondial de la liberté de la presse de Reporter sans Frontières, le Gabon est classé 108e sur 180 pays, soit 8 place en moins qu’en 2016. Une position qui montre bien les conditions d’e l’exercice d’une profession méprisée et réprimée par les autorités gabonaises de tout ordre. Ce net recul est la conséquence d’une dépénalisation officielle des délits de presse qui pénalise encore plus la corporation.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article