CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 73 +41
Nombre de décès depuis mars 2020 159 +1

Situation vaccinale

Première dose 35 228
Seconde dose 15 268

% de la population

1,69%
0,73%

Situation globale

290 -152 15 268 24 958 +73
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
crise éducation

Sanctions contre les enseignants : le SNEC va traîner l’Etat gabonais en justice

 Sanctions contre les enseignants : le SNEC va traîner l’Etat gabonais en justice
Une précédente assemblée générale du SNEC, à Libreville © 2017 D.R./Info241

Le Syndicat national des enseignants et chercheurs (SNEC) du Gabon est vent debout contre les récentes sanctions opérées par le gouvernement à l’encontre des enseignants. Le puissant syndicat de l’enseignement supérieur, l’a fait savoir à la faveur d’une réunion de ses membres, samedi à Libreville. Le SNEC entend ester en justice contre les suspensions de solde qui frappent 807 enseignants du public et la radiation disciplinaire de 19 autres grévistes de l’Ogooué-Ivindo.

Moov Africa

Lire aussi >>> Le Gabon va suspendre les salaires de 807 fonctionnaires grévistes dès cette fin de mois

La décision prise par le gouvernement gabonais visant à suspendre les salaires de 807 enseignants grévistes, est loin d’être du goût du SNEC qui a décidé de saisir la justice gabonaise. Ces mesures jugées "injustes" seraient également "illégales" à en croire les syndicalistes. Ces sanctions gouvernementales seraient en violation flagrante de textes internationaux et nationaux. Une position sur laquelle se rejoignent la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) et le SNEC.

Lire aussi >>> La Conasysed fustige les sanctions gouvernementales contre les enseignants grévistes

Pour le SNEC, il n’est pas question que des sanctions soient prises à l’encontre de leurs collègues enseignants « qui revendiquent que leur dû et de meilleures conditions de travail. » Par la même occasion, le SNEC a rejeté la signature d’une attestation spéciale de présence au poste qui serait désormais en vigueur. « Cette attestation viole les textes susmentionnés et condamne désormais l’agent de l’État à ne jamais revendiquer quai que ce soit », a commenté un syndicaliste.

Pour faire entendre leur voix et lutter contre l’injustice de cette décision prise par le gouvernement Issoze Ngondet, le SNEC entend se tourner vers le parquet de Libreville pour ester en justice contre ces mesures. A cette démarche de justice du SNEC pourrait s’adjoindre celle de la CONASYSED qui elle aussi entend traîner le gouvernement devant les tribunaux compétents.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article