CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Décès

Rose Francine Rogombé tire sa révérence au monde politique gabonais

Rose Francine Rogombé tire sa révérence au monde politique gabonais
Rose Francine Rogombé tire sa révérence au monde politique gabonais © 2015 D.R./Info241

L’ancienne présidente par intérim du Gabon et de son sénat, Rose Francine Rogombé est décédée ce vendredi à Paris en France. La première femme magistrate et du sénat est morte âgée de 72 ans après une carrière politique exclusive au sein du parti démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir depuis 1967).

Moov Africa

L’ancienne sénatrice aurait été évacuée quelques jours plus tôt à la suite de la dégradation de sa santé. Elle a rendu l’âme dans une unité sanitaire de la capitale française, a indiqué une source.

Rose Francine Rogombé était l’un des piliers du régime Bongo. Elle a assuré la transition après la mort d’Omar Bongo Ondimba en 2009. Après l’intérim, elle a remis le pouvoir à Ali Bongo Ondimba, proclamé vainqueur de l’élection présidentielle du 30 août 2009 à l’issue d’un scrutin contesté par l’opposition.

Sa mort intervient quelques mois après celle de son époux. Selon toute vraisemblance, l’ancienne parlementaire était très affectée par le décès de son époux.

Rose Francine Rogombé est née le 20 septembre 1942 à Lambaréné dans la province du Moyen-Ogooué. Première femme magistrate de l’histoire du pays, elle hérita du fauteuil de la présidence de la République par intérim de juin à octobre 2009, à la suite du décès d’Omar Bongo Ondimba.

Après des études à la faculté de droit de Nancy (France), elle débuta sa carrière au gouvernement en tant que secrétaire d’État à la Promotion de la Femme. Elle quitta la politique durant la transition vers le multipartisme au début des années 90 et se consacra au droit. Elle devint alors vice-présidente de la cour criminelle spéciale. En 2007, elle reçut un diplôme en théologie. Elle était veuve et mère d’une famille nombreuse.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article