Libreville, le
jeudi 5 août 2021

CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 26 /48h
Nombre de décès depuis mars 2020 163 +0

Situation vaccinale

Première dose 59 315
Seconde dose 40 925

% de la population

2,85%
1,97%

Situation globale

64 -4 40 925 25 370 +26
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Libertés syndicales

Oyem : un leader syndical gabonais suspendu pour avoir appelé à la grève

Oyem : un leader syndical gabonais suspendu pour avoir appelé à la grève
Oyem : un leader syndical gabonais suspendu pour avoir appelé à la grève © 2018 D.R./Info241

Le Gabon est un pays particulier aux règles et sanctions particulières. Clément Ella Ona l’aura appris cette semaine à ses dépends. Le leader syndical des agents du Centre hospitalier régional d’Oyem (CHRO) a été suspendu mercredi de ses fonctions non pas par sa hiérarchie professionnelle mais par le gouverneur de la province du Woleu-Ntem, Jean-Gustave Meviane m’Obiang, pour non-respect de la hiérarchie et des règles syndicales. Une décision jugée arbitraire par ses collègues.

Moov Africa

Il souffle comme une odeur de colère à Oyem. Et pour cause, le gouverneur de province vient de suspendre de ses fonctions un leader syndical en poste au CHRO. Au cours d’une réunion qui a présidé mercredi suite à la menace de grève des agents de cet hopital, Jean-Gustave Meviane m’Obiang a suspendu de ses fonctions président du Comité de suivi du cahier de charges du personnel du CHRO, Clément Ella Ona.

Une décision qui fait grand bruit depuis hier à Oyem où la décision est jugée arbitraire par les collègues de Clément Ella Ona. Certains agents membres de l’antenne provinciale du Syndicat national des personnels de santé (SYNAPS) ont boudé hier pour protester contre cette suspension qu’ils jugent arbitraire. Pour ne rien arranger, deux d’entre eux ont même déposé leurs démissions auprès de la Direction générale par solidarité avec leur collègue suspendu.

De son côté, le directeur général du CHRO Pierre-Honoré Eliott Befame, accuse ses collaborateurs d’absence de dialogue avec la hiérarchie, de propension à la grève et d’absentéisme. Ceux-ci se conteraient uniquement d’aller « toucher bonnement leurs salaires à la fin du mois », au mépris de certains points du cahier de charges qui les concernent.

« Autant ils demandent à l’Administration de respecter le cahier de charges, autant dans ce cahier de charges, il y a également des points qui les concernent, eux agents. Ils s’absentent toujours de leur travail, mais à la fin du mois, ils vont toucher leurs salaires. On leur demande de ne pas continuer à faire le recouvrement parallèle, ils continuent de plus belle. Ils bafouent les points qui les concernent », s’est-il confié à voix haute.

Il faut rappeler qu’en raison de la situation délétère perdurant dans cet établissement sanitaire, le gouverneur de province Meviane m’Obiang avait mis en place, le 4 avril dernier, une commission destinée à réfléchir sur les dysfonctionnements, notamment d’ordre financier, observés dans cette structure.

Après un mois de travail, ladite commission a pondu un rapport, dont copie est parvenue tardivement au DG de l’Hôpital, en mission de travail d’environ deux semaines à Libreville. Ce dernier qui voulait s’en imprégner et souhaitait une rencontre préalable, n’a pas trouvé l’assentiment des syndiqués du CHRO, qui ont entre temps prévu une assemblée générale pour le 4 juin prochain.

D’où la colère du gouverneur de province, qui a prononcé, le 30 mai dernier, la suspension du président du Comité de suivi du cahier de charges du personnel, Clément Ella Ona, par ailleurs laborantin à l’Hôpital régional.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article