CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 73 +41
Nombre de décès depuis mars 2020 159 +1

Situation vaccinale

Première dose 35 228
Seconde dose 15 268

% de la population

1,69%
0,73%

Situation globale

290 -152 15 268 24 958 +73
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Malversations financières

Maixent Accrombessi arrêté à Paris pour blanchiment et corruption d’agent public

Maixent Accrombessi arrêté à Paris pour blanchiment  et corruption d’agent public
Maixent Accrombessi arrêté à Paris pour blanchiment et corruption d’agent public © 2015 D.R./Info241

L’intouchable directeur de cabinet du président de la République Gabonaise, Maixent Nkani Accrombessi a été interpellé lundi matin à 9h à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle (près de Paris), alors qu’il tentait de rallier la capitale Gabonaise. Il a recouvré la liberté en soirée selon son avocat après de très longues heures de garde à vue.

Moov Africa

Le bras droit d’Ali Bongo, a été arrêté puis entendu par des policiers Français de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCLIF) et placé en garde à vue à la sous-direction de lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière de la Direction centrale de la police judiciaire située à Nanterre (France).

Une affaire de rétro-commissions de deniers publics

Maixent Accrombessi a été interpellé dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte le 9 juillet 2007 pour « corruption d’agent public étranger » et « blanchiment ». L’enquête porte sur un contrat de 7 millions d’euros passé entre le ministère de l’intérieur gabonais dirigé à l’époque par Clotaire Christian Ivala et la société MARCK spécialisée dans la confection d’équipements sécuritaires.

Ce qui intrigue les enquêteurs, c’est le versement de 1,315 milliard de FCFA (2 millions €) par la société MARCK sur des comptes appartenant à Maixant Acrombessi par ailleurs, très proche collaborateur d’Ali Bongo Ondimba, le président de la République Gabonaise. Ainsi, sur la base de renseignements fournis par le Traitement du Renseignement et Action Contre les circuits Financiers clandestins (TRACFIN), il a été découvert six virements bancaires vers un compte en banque domicilié à Monaco appartenant à la société AIKM dont le propriétaire est Maixent Accrombessi et ayant son siège social à Cotonou au Bénin.

TRACFIN fait aussi état d’un virement de 197,3 millions (300.000 €) émis par MARCK pour un compte domicilié également à Monaco mais appartenant à la société CITP dont le gérant est Seydou Kane, gabonais d’origine malienne résidant au Gabon et proche d’Ali Bongo Ondimba.

Une immunité diplomatique hypothétique

Lors de son interpellation, Maixent Accrombessi a fait valoir une prétendue « immunité diplomatique » ignorant que le Quai d’Orsay avait pris soin de préciser préalablement aux policiers l’Office Central de Lutte Contre la Corruption et les Infractions Financières et fiscales (OCLCLIF) qu’il ne bénéficiait nullement de cette protection. Rappelons que dans le cadre de cette enquête l’ancienne responsable de l’export de MARCK au moment des faits a été également placée en garde à vue.

D’origine béninoise, Maixent Acrombessi est connu au Gabon pour être le « chef de la légion étrangère », du nom du groupe de collaborateurs d’origine étrangère très proches d’Ali Bongo Ondimba occupant (comme c’est le cas pour Maixent Accrombessi) des postes de souveraineté ou de très hauts postes dans l’administration Gabonaise.

Il a finalement été relâché dans la soirée, a indiqué à l’AFP son avocat Francis Szpiner. « Il repart bientôt au Gabon et continuera à exercer ses fonctions  », a déclaré Me Szpiner, sans plus de précisions sur l’audition de son client. Maixent Accrombessi n’oubliera pas de sitôt cette péripétie estivale de son séjour en France. Libéré donc en raison de son "immunité diplomatique" mise en avant par la Présidence Gabonaise. Sa sortie de garde à vue s’est faite comme son interpellation…à l’abri des caméras de télévision...

Le Bord de Mer et ses nombreux montages financiers obscurs

Personnage réputé mystique et très controversé, Maixent Accrombessi a fêté ses 50 ans en compagnie d’un petit groupe d’amis parmi lesquels il y avait très peu de Gabonais dans le très luxueux hôtel Evreux sis à la place Vendôme à Paris.

Alors que la Présidence gabonaise est encore décriée sur la venue de Lionel Messi au Gabon, nul doute que cette affaire mettra un peu plus mal à l’aise le pouvoir gabonais. La garde à vue de Maixant Accrombessi Nkani, tout-puissant directeur de cabinet gabonais, aura duré moins de 24 heures.

Il faut dire que le Gabon comme la France sont signataires de la Convention de Mérida qui qualifie la corruption comme une infraction à compétence universelle. Tout pays signataire peut poursuivre et arrêter tout potentiel criminel financier sans qu’il y ait prescription, ni immunité à l’instar des crimes de guerre, de génocides ou des crimes contre l’Humanité. Il faut dire que depuis plusieurs mois, le Palais du Bord de mer est secoué par des scandales à répétition qui déteignent sur la probité morale et politique des dirigeants qui l’incarne depuis 2009.

La présidence Gabonaise a sans surprise, à travers un communiqué de presse, dénoncé vigoureusement cette arrestation confirmant que le directeur de cabinet était bien en mission officielle. De plus, souligne le communiqué : "elle porte sur une affaire qui ne présente aucun lien avec les fonctions de Directeur de Cabinet, et que d’autre part, elle a fait l’objet d’une mise en scène dont le seul but était d’humilier l’intéressé, et, par delà sa personne et sa fonction, de porter atteinte à la République Gabonaise". Avant de crier à la violation des principes fondamentaux et les pratiques du droit international.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article