CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32-45
Nombre de décès depuis mars 2020 158+1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Endettement

Les mauvais chiffres de l’endettement des fonctionnaires Gabonais

Les mauvais chiffres de l’endettement des fonctionnaires Gabonais
Les mauvais chiffres de l’endettement des fonctionnaires Gabonais © 2014 D.R./Info241

En conseil de ministres le 1er juillet dernier, le gouvernement gabonais avait acté la suppression des pré-comptes sur les salaires des agents de la fonction publique. Cette décision avait été éclairée par un rapport préalable sur entendement des fonctionnaires. Celui-ci avait révélé que 34,48% d’entre-eux étaient ponctionnés de 40% de leur salaire mensuel avec des retenus pouvant atteindre les 60%.

Moov Africa

Sur les 85 628 fonctionnaires de l’Etat, 29.524 d’entre eux sont ponctionné de 40% de leur salaire à la solde. Les agents les plus touchés sont les forces de défense et de sécurité, les agents du ministère de l’éducation nationale et ceux de la santé.

Chez les militaires des forces terrestres sont en tête de ce palmarès de l’endettement avec 32% des agents concernés, suivent ensuite ceux de la garde républicaine avec 16%, les policiers avec 14% et les gendarmes avec 12%. Les agents du ministère de l’intérieur, de la sécurité publique avec 2% concernés et les sapeurs pompiers 4%.

Autre information de cette étude du ministère du budget, les agents de l’Etat mieux payé aurait un taux d’endettement qui jalonnerait 60% de leur solde. Il s’agit des agents ayant des salaires compris entre 337.000 et 760.000 F.CFA.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article