Education

Les Gabonais attendent toujours les effets des travaux de la Task force sur l’éducation

Les Gabonais attendent toujours les effets des travaux de la Task force sur l’éducation
Les Gabonais attendent toujours les effets des travaux de la Task force sur l’éducation © 2018 D.R./Info241

Excédé par les mauvais résultats de son système éducatif, l’Etat gabonais a mis en place en 2018 une Task Force sur l’éducation avec comme objectif : remettre le secteur à flot du primaire au supérieur. Un dossier urgent qui tarde à se matérialiser dans les faits surtout avec la maladie d’Ali Bongo qui laisse le pays sans gouvernail.

Moov Africa

Composée d’experts et responsables de tous bords, la task force a remis, le 14 septembre dernier, au président Ali Bongo Ondimba, un rapport de 160 recommandations qui pointe du doigt les problèmes de financement et d’orientation des élèves dans les filières adéquates, le manque d’infrastructures appropriées et la mauvaise gouvernance.

Face à ce constat, un « plan quinquennal » d’actions, estimé à près de 1250 milliards de francs CFA, soit 1,9 milliard euros, a été proposé.

S’articulant autour de 3 volets (enseignement, infrastructures et structures), le plan porte notamment sur la diversification des filières et la formation des enseignants, la réalisation de plus d’infrastructures scolaires et administratives, la mise en place d’un secrétariat scientifique d’orientation, la création d’un conseil national de l’éducation et le regroupement des différents ministères en charge de l’Education et de la Formation au sein d’un seul et même ministère.

D’après le coordinateur général des travaux de la Task force, le professeur Patrick Toufick Mouguiama Daouda, ce rapport trace les lignes directrices pour faire en sorte que le système éducatif au Gabon soit tendu vers la formation professionnelle, l’employabilité et l’insertion, le but est de faire en sorte que le système soit performant et adapté au marché de l’emploi, au lieu d’un modèle qui produit des chômeurs.

A cet égard, il a relevé que les experts ont constaté qu’il y avait déséquilibre entre l’enseignement général et l’enseignement professionnel, notamment 5% seulement pour l’enseignement professionnel, contre plus de 90% pour l’enseignement général alors même que les métiers qui embauchent sont techniques et dans la formation professionnelle.

En réceptionnant le rapport de la Task force, le président gabonais n’y est pas allé par quatre chemins, en déclarant : « l’état de l’Education, nous la comparons aux ordures qui traînent dans nos rues sans pour autant que nous fassions quelque chose. Elles sentent mauvais et nous passons à côté sans rien faire. C’est la direction que prend l’Education nationale ».

Et de mettre en garde ceux des responsables qui auront la charge de concrétiser les recommandations : « J’attends que tout le monde, non seulement collabore, mais également prenne une part active pour redresser ce système éducatif. Je n’accepterai pas que l’on prenne des responsabilités, et que les résultats ne suivent pas ».

Annoncée par le président Ali Bongo à l’occasion de la fête de l’indépendance, le 16 août dernier, la « Task force » sur l’éducation s’est tenue du 23 août au 3 septembre 2018, réunissant plusieurs participants, dont des membres du gouvernement, des syndicats, des associations des parents d’élèves, des membres du patronat gabonais ainsi que des partenaires techniques et financiers tels que l’Agence française de développement, la Banque africaine de développement, l’UNESCO et l’UNICEF.

Créer un lien entre système éducatif et monde de l’entreprise et revaloriser les filières techniques, demeurent le cheval de bataille de l’Etat gabonais qui pâtit d’un manque cruel des compétences dans les secteurs pourvoyeurs d’emplois tels le bois, les TIC, l’agrobusiness, le BTP, le Tourisme et les mines d’où la nécessité d’inverser les proportions pour que les jeunes s’orientent davantage vers la formation professionnelle.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article