Rentrée parlementaire

Le Sénat gabonais fait sa rentrée à huis clos et sur fond de crise existentielle

Le Sénat gabonais fait sa rentrée à huis clos et sur fond de crise existentielle
Le Sénat gabonais fait sa rentrée à huis clos et sur fond de crise existentielle © 2020 D.R./Info241

Les sénateurs gabonais ont regagné hier après-midi le chemin de leur hémicycle après deux mois de vacances parlementaires. Une rentrée qui n’a pas empêché la présidente du Sénat, Lucie Aubusson, d’évoquer les maux qui minent cette chambre haute du parlement, la vie des élus locaux et leurs institutions. Le tout sur fond de crise existentielle née de l’inadéquation récente entre la durée du mandat des sénateurs et celui des élus locaux.

News sur WhatsApp

C’est finalement à huis clos qu’a eu lieu hier la première session ordinaire de l’année 2020 du Sénat gabonais. La cérémonie solennelle qui a enregistré la présence du Premier ministre Julien Nkoghe Bekale et des membres du gouvernement ainsi que celui du président de l’Assemblée nationale, est du reste conforme à l’article 41 de la Constitution. La présidente du Sénat qui a présidé les travaux, n’a pas manqué d’appeler le gouvernement à plus de résultats.

Quelques membres du gouvernement et d’institutions présents

Pour Lucie Milebou Aubusson Mboussou, cette session qui s’ouvre reste "marquée par une question existentielle, pour non seulement, l’avenir de notre Institution, mais également, celui du Bicamérisme parlementaire au Gabon". Avant de préciser : « Le problème essentiel relevé, est le décalage existant entre le mandat des sénateurs et celui des élus locaux. Ce débat, loin d’être récent et original à notre pays, avait été soulevé par les sénateurs eux-mêmes il y a deux ans. La même problématique, s’est posée sous d’autres cieux, en particulier en Afrique, et des solutions idoines ont été trouvées ».

Une vue des sénateurs présents

Une crise existentielle relevée dernièrement par la Cour constitutionnelle et encore plus récemment par le Conseil national de la démocratie (CND). Rappelons que la durée du mandat des sénateurs est encadrée par la Constitution. En dehors d’une modification de la loi fondamentale, il reste intouchable. Ce qui laisse planer des rumeurs de modification prochaine de la Constitution pour clore cette question existentielle qui revient avec insistance ces dernières semaines dans le débat politique.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article