Compétition internationale

Le Gabon laminé à chaque combat, rentre bredouille du Grand prix de judo de Budapest

Le Gabon laminé à chaque combat, rentre bredouille du Grand prix de judo de Budapest
Le Gabon laminé à chaque combat, rentre bredouille du Grand prix de judo de Budapest © 2018 D.R./Info241

Alors que respectivement le Japon, la Hongrie, la Russie, Cuba et le Brésil se sont taillés la part du loin en nombre de médailles au Grand Prix de judo de Budapest tenu ce week-end, les 6 judokas gabonais ont tous été sortis dès leur premier combat. Face à des adversaires sans pitié, nos six Panthères ont véritablement mordu la poussière, battus avant même la fin du temps réglementaire de 4 minutes.

Moov Africa

Le Grand Prix de Budapest a finalement réuni du 10 au 12 août en Hongrie, une belle brochette de 578 judokas venus de 86 nations contre les 626 participants initialement annoncés par les organisateurs. La légère baisse des participants n’aura pas du tout permis au Gabon qui avait aligné six judokas, de tirer son épingle du jeu.

Les Gabonaises Christine Ada Kara (-57 kg) et Ursula Karene Agono Wora (-70kg) et les Gabonais Kliko Nzibe (-60 kg), Terence Kouamba Poutoukou (-81 kg), Paul Kibikaï (-90 kg) et Luc Odelin Manongho (-100 kg) ont tous été vaincus dès leur premier combat. Ils n’auront même pas eu à devoir combattre un second adversaire, sortis tous par leur premier challenger. Une contre-performance qui en dit long sur le niveau du judo gabonais.

Seul lot de consolation, les Gabonais n’ont pas été les seuls à faire piètre figure dans cette compétition internationale. Ils partagent leur triste performance avec des nations telles que le Tchad, le Bénin, la Bulgarie, l’Equateur, l’Estonie, le Cameroun, le Ghana, la Côte d’Ivoire etc. Plus de 500 nations pour qui le Grand prix de Budapest, n’aura été qu’un cauchemar sportif à vite oublier.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article