CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Trafic humain

La police Sud-africaine démantèle un cartel de trafic d’esclaves sexuelles

La police Sud-africaine démantèle un cartel de trafic d’esclaves sexuelles
L’une des victimes sauvées hier © 2018 D.R./Info241

La police sud-africaine a annoncé hier avoir démantelé un cartel du trafic d’esclaves sexuelles lors d’un raid surprise le même jour. Selon plusieurs médias locaux consultés par Info241, ce serait 10 jeunes femmes de nationalité Sud-africaine et Lésothienne qui ont été tiré des griffes des trafiquants esclavagistes.

Moov Africa

Les Faucons, connus officiellement sous le nom de Directorat pour l’enquête criminelle prioritaire, ont lancé un raid sur des maisons, des lodges et des tavernes à Welkom dans la province de l’Etat Libre, où ils ont sauvé des victimes du trafic, dont des Sud-Africaines et des ressortissantes d’autres pays de la région de l’Afrique australe, a précisé la police.

Le raid a été lancé suite à une information concernant une victime maintenue de force dans une ferme de Welkom, a dit le porte-parole de la police, S’fiso Nyakane. Sept suspects ont été arrêtés, y compris le cerveau présumé qui est un homme d’affaires connu sous le surnom de « Général », déjà arrêté pour de multiples délits dont des enlèvements.

Le témoignage du mari de l’une des victimes (sous-titré en anglais)

D’autres enquêtes se poursuivront et on ne peut écarter d’autres arrestations, a poursuivi M. Nyakane. La police sud-africaine a déclaré enquêter sur des opérations présumées du cartel depuis des années. « Il est pratiquement impossible de venir à bout de ce genre d’affaires. Les victimes ne veulent pas parler dans la plupart des cas », a expliqué M. Nyakane.

D’après lui, la plupart des victimes pensaient qu’elles allaient travailler comme femmes de ménage et réceptionnistes, mais ont été forcées à se prostituer. « Nous pensons que beaucoup de fermes sont utilisées non seulement pour cacher ces femmes, mais également pour servir de bordels, que de nombreux fermiers et homme riches viennent fréquenter », a ajouté M. Nyakane.

L’Afrique du Sud connaît un grave problème du trafic des êtres humains, avec 100.000 victimes dans le pays chaque année, selon le dernier indice sur le trafic humain de LexisNexis.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article