Après les législatives

La Cour constitutionnelle promet de vider le contentieux des législatives ce mardi

La Cour constitutionnelle promet de vider le contentieux des législatives ce mardi
La Cour constitutionnelle promet de vider le contentieux des législatives ce mardi © 2018 D.R./Info241

Visiblement pas pressé de traiter la vingtaine de requêtes de recours en annulation du scrutin législatif des 6 et 27 octobre dernier, la Cour constitutionnelle se penche seulement depuis sur ceux-ci. Se voulait tout de même expéditive, le temps d’un week-end, la Cour devrait rendre son verdict ce mardi 11 décembre.

Moov Africa

Le Gabon aura enfin une nouvelle législature après la confirmation des résultats proclamés par le Conseil gabonais des élections. C’est donc hier, que la Cour constitutionnelle, dirigée par Marie-Madeleine Mborantsuo, a ouvert les hostilités du contentieux post-électoral.

Ce vendredi lors de la première audience publique liée à cette procédure, Mborantsuo a rappelé que les parties ne pouvaient être représentées que par des avocats ayant au moins 15 ans d’inscription au Grand tableau de l’Ordre. Ce qui a eu pour conséquence que certains requérants se soient présentés sans conseil.

Qu’à cela ne tienne, après près de deux mois après le scrutin, la Cour se penche enfin sur le contentieux législatif. Ce processus aura pour objet la mise en place de la 13e législature de d’Assemblée nationale dont le mandat des derniers députés avait été révoqué par la même cour constitutionnelle le 30 avril dernier.

Après la sentence de la Cour prévue ce mardi, l’Assemblée nationale dissoute devrait reprendre du service. Ce qui contraindra la démission du Premier ministre gabonais Emmanuel Issoze Ngondet à présenter la démission de son gouvernement à Ali Bongo, toujours convalescent et hors de nos frontières. Une convalescence toujours controversée.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article