Indignation

Inhumation « inhumaine » d’un patient Covid-19 : le Copil accuse les pompes funèbres !

Inhumation « inhumaine » d’un patient Covid-19 : le Copil accuse les pompes funèbres !
Le corps du medecin quittant l’hopital militaire d’Akanda vendredi pour son inhumation à Mindoubé © 2020 D.R./Info241

La famille du Dr Tanguy de Dieu Tchantchou décédé jeudi des suites du coronavirus, vient de remporter une grande victoire sur les autorités gabonaises. Face à la forte indignation qu’a suscité vendredi son inhumation « inhumaine » et non conforme à nos us et coutumes, le Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie (Copil) a finalement exprimé ses « sincères excuses » aux familles du disparu. Avant de se défausser sur la société de pompes funèbres qui aurait manqué à tout ses devoirs dans le cas de l’enterrement de ce patient Covid-19. Le tout, sans annoncer de poursuites contre cette entreprise.

Moov Africa

Lire aussi >>> Le Gabon enregistre la mort d’un second patient atteint de Covid-19

« Cette inhumation n’a pas été conforme aux procédures nationales d’enterrement des personnes décédées par le Covid édicté dans notre plan de contingence de lutte contre le Covid-19 », s’est dédouané le porte-parole du comité de riposte au coronavirus, Guy Patrick Obiang Ndong, ce samedi soir lors de sa traditionnelle conférence de presse. Laissant tout de même entendre que l’inhumation de personnes atteintes de Covid-19 devait se faire dans les « meilleurs délais ».

Le Dr Tanguy, ici au coté de son épouse

Sauf que dans le cas du gynécologue-obstétricien Tanguy de Dieu Tchantchou, l’inhumation s’est faite vendredi matin sans la présence de la famille, dans une fosse commune du cimetière municipal de Mindoubé. Une situation qui a mis en colère sa veuve éplorée qui n’aura eu finalement que ses yeux pour pleurer face à l’inhumanité affichée par les autorités autour de la mort de ce jeune médecin de 41 ans. Médecin qui avait pourtant tant donné à notre pays en sauvant de nombreuses vies à l’hôpital militaire de Libreville où il exerçait.

Les autorités sanitaires ont malgré eux, reconnu que cet enterrement en qualité d’indigent ne respectait pas « la dignité humaine ». Le comité de riposte en charge de ces questions, a dit n’avoir été alerté que par les images qui ont fuité sur la toile dans la journée de vendredi. « Aussitôt, l’établissement de pompes funèbres en question a été convoqué pour explications. Devant la gravité des faits, cet établissement a été suspendu pour non-respect des procédures liées à l’enterrement des personnes atteintes par le Covid-19 », a affirmé Guy Patrick Obiang Ndong.

« Cela n’aurait pas du se passer de cette façon et cela ne devrait plus se faire », a-t-il avancé avant de présenter les « sincères excuses aux familles durement éprouvées » du Copil. Avant de s’engager à réparer le mal fait à ces familles qui n’ont toujours pas compris le manque d’humanité des autorités sanitaires."Nous nous engageons à mener des démarches auprès du ministère de la Justice pour une inhumation digne de ce compatriote avec bien évidemment le consentement des familles", a promis Guy Patrick Obiang Ndong au nom du comité placé sous la tutelle du Premier ministre. Aux familles et proches du disparu d’apprécier !

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article