Conseil de sécurité

Guerre en Ukraine : le Gabon a voté pour le retrait des troupes militaires russes dans le pays

Guerre en Ukraine : le Gabon a voté pour le retrait des troupes militaires russes dans le pays
Le représentant permanent du Gabon auprès des Nations Unies, Michel Xavier Biang, a porté la voix du Gabon sur la crise en Ukraine © 2022 D.R./Info241

Membre depuis ce 1er janvier du Conseil de sécurité de l’ONU, le Gabon s’est exprimé vendredi sur la crise ukrainienne et l’offensive militaire russe en Ukraine. Au terme du vote, le projet de résolution de l’ONU demandant le retrait immédiat des troupes russes a été rejeté le 25 février par le Conseil de sécurité de l’ONU en raison du veto de la Russie, par ailleurs membre permanent de ce Conseil. Le Gabon a fait partie des 11 votes pour l’entrée du texte contre 1 vote contre de la Russie et les 3 abstentions de la Chine, l’Inde et des Emirats arabes unis.

Info241 sur Whatsapp

La résolution avortée réaffirmait l’attachement à la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues, déplorait avec la plus grande fermeté « l’agression de la Fédération de Russie contre l’Ukraine en violation de l’article 2, paragraphe 4, de la Charte des Nations Unies  ».

Le résultat du vote de ce projet de résolution

De même, elle décidait que « la Fédération de Russie cessera immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine  » et « retirera immédiatement, complètement et sans condition ses forces militaires du territoire de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues ».

Au terme du vote, les États-Unis co-auteur de ladite résolution ont indiqué : « nous traiterons de cette question à l’Assemblée générale là où le veto russe n’a pas de poids et où tous les États Membres des Nations Unies peuvent voter  ». Pour la France, « la Russie est seule  », elle qui a foulé au pied son statut de membre permanent du Conseil de sécurité.

Le représentant permanent du Gabon auprès des Nations Unies, Michel Xavier Biang, a estimé que le Conseil est aujourd’hui face à ses responsabilités. Rappelant que les Nations Unies ont été créées au sortir d’une guerre sanglante pour « prévenir et empêcher toute autre belligérance meurtrière ». Il a soutenu au nom du Gabon que le monde n’a pas besoin d’une « nouvelle peur ». Il a souligné que son pays, qui est attaché à la paix et aux principes de la Charte des Nations Unies, milite pour un ordre international plus juste et fondé sur des règles.

À cette aune, il a condamné les agissements d’un des membres du Conseil, ajoutant que la communauté internationale doit se saisir de ce « momentum » pour décider d’interdire toute guerre «  injuste et déshumanisante ». Selon lui, la scène internationale ne doit pas refléter l’image d’une « jungle où les pays sont soit chasseurs, soit chassés  ». Après avoir réitéré son appel au cessez-le-feu et à la désescalade, il a exhorté les belligérants à ne pas entraver l’aide humanitaire et à renouer les fils du dialogue.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article