Expropriation

Ecole démolie à Lalala : l’Etat gabonais exproprie à son tour le propriétaire du terrain !

Ecole démolie à Lalala : l’Etat gabonais exproprie à son tour le propriétaire du terrain !
Une vue du centre préscolaire détruit © 2021 D.R./Info241

Le gouvernement gabonais vient de réagir vigoureusement à la destruction forcée d’une école préscolaire au quartier Lalala de Libreville fin décembre. Au cœur d’une bavure policière dont avait fait les frais notamment le maire du 5e arrondissement et conduit à la démolition du Centre préscolaire de Lalala érigé en 1975, le conseil des ministres tenu ce 22 janvier, a pris un décret d’expropriation du propriétaire du terrain, un opérateur économique libanais qui avait lui ordonné de la destruction de l’école communale mettant sur la paille 164 élèves.

News sur WhatsApp

Lire aussi >>> Maire molesté à Lalala : la Préfecture de police « déplore » mais ne s’excuse pas !

La bataille du maire du 5e arrondissement, Chadi Moukarim, contre la destruction de l’école de Lalala n’aura pas été vaine. Le gouvernement gabonais a déclaré vendredi d’utilité publique, la parcelle à l’origine d’un litige pourtant tranché par la justice gabonaise. Une façon légale d’exproprier le propriétaire du terrain où était construite l’école préscolaire détruite. Celle-ci avait fait l’objet le 30 décembre, de l’exécution forcée de la décision de justice n°713/18-19 du 5 juillet 2013, relative à l’expulsion de la mairie de Libreville et de la destruction des constructions érigées sur cette parcelle.

Le maire molesté posant devant l’école préscolaire détruite

« Le présent décret est pris en application des dispositions des articles 1er et 2 de la loi 6/61 du 10 mai 1961 réglementant l’expropriation pour cause d’utilité publique et instituant des servitudes pour l’exécution des travaux publics », précise le communiqué final du conseil des ministres de ce vendredi. Ainsi, « est Déclarée d’utilité publique, l’occupation par l’Etat de la parcelle n° 79 section DB, du plan cadastral de Libreville, sise au lieu-dit Lalala, d’une superficie de 4638 m2, du titre foncier n° 21154 ».

Avec cette réquisition, l’Etat entend reprendre la main dans cette affaire qui avait fait grand bruit le 30 décembre dernier avec l’agression par les agents de police du maire qui tentait de s’opposer vainement à la destruction de l’école préscolaire. Sur ce terrain, le gouvernement gabonais a justifié cette expropriation « en vue de la réalisation d’un projet de construction d’une école et d’une crèche ».

Le Centre préscolaire de Lalala détruit par un sujet étranger qui en était propriétaire après une longue bataille judiciaire contre la mairie de Libreville, devrait ainsi être reconstruit... Si le gouvernement tient réellement ses engagements. En attendant et depuis cette date les 164 élèves de 4 et 5 ans du centre détruit, avaient été reversés dans les écoles publiques de Glass et de Lalala.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article