Front social

Des élèves gabonais dans la rue pour réclamer de meilleures conditions d’études

Des élèves gabonais dans la rue pour réclamer de meilleures conditions d’études
La devanture du lycée d’Etat de Libreville ce matin © 2016 D.R./Info241

Les élèves du lycée Paul Indjendje Gondjout (LPIG, ex lycée d’Etat de l’Estuaire) de Libreville sont depuis la matinée dans la rue pour réclamer de meilleures conditions d’études et de travail et des arriérés de bourse impayés. Ils ont érigés sur la voie publique des barricades pour se faire entendre des autorités gabonaises avant d’être dispersés à l’aide de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre.

Info241 sur Whatsapp

La situation scolaire des élèves gabonais est plus que jamais alarmante. Certaines classes manquent cruellement de tables bancs pour des effectifs devenus pléthoriques. C’est cette situation déplorable qui a conduit plusieurs élèves du lycée Paul Indjendje Gondjout à déclencher ce mardi matin, un mouvement d’humeur pour interpeller les autorités de tutelle sur leurs conditions d’études.

Une vue des barricades érigées ce mardi

Les élèves du LPIG sont en colère. Ils ont érigé de barricades de fortune devant leur établissement pour protester contre notamment le manque de table bancs dans leur classe, nous a confié une élève. Ce matin, la voie menant à l’unique aéroport de Libreville était fortement perturbée occasionnant de nombreux embouteillages aux riverains. Ce qui a vite fait de réagir la police gabonaise qui y aurait déployé ses éléments pour disperser la manifestation d’humeur des élèves.

Reste donc à connaitre les suites données par les autorités gabonaises à ces revendications justes qui touchent l’ensemble des établissements publics du pays. En cause des effectifs pléthoriques et la non construction de nouvelles structures scolaires depuis 7 ans, confie un responsable scolaire.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article