CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Après le dialogue

Après 8 ans de pouvoir, Ali Bongo nomme enfin un vice-président au Gabon

Après 8 ans de pouvoir, Ali Bongo nomme enfin un vice-président au Gabon
Les deux hommes en avril 2015 à Mouila © 2017 D.R./Info241

La nouvelle est tombée hier par décret présidentiel n°249. Après 8 ans de pouvoir, Ali Bongo a enfin décidé de s’offrir les services d’un vice-président pour le seconder dans ses tâches. Pour ce poste non pourvu depuis son arrivée au pouvoir, Ali Bongo a choisi le candidat malheureux Pierre-Claver Maganga Moussavou dont le fils avait déjà fait son entrée au gouvernement en octobre dernier.

Moov Africa

C’est fait ! Après avoir longtemps refusé de se nommer un vice-président dont les charges sont pourtant prévues par la Constitution, Ali Bongo a finalement cédé à cette contrainte à laquelle il s’était toujours refusé. Comme sous son père mort au pouvoir, le poste est revenu à un Punu de la ville de Mouila (Ngounié) en la personne de l’opposant modéré Pierre-Claver Maganga Moussavou, arrivée 5e à la dernière présidentielle avec 0,34% des suffrages !

Une des affiches de campagne du candidat malheureux devenu vice-président du Gabon

Le promu avait été l’un des premiers à rejoindre les préparatifs du dialogue politique qu’Ali Bongo avait organisé au lendemain de sa réélection toujours controversée. L’opposant modéré qui a à son actif plusieurs échecs aux présidentielles de 1990, 1993 et 2016 tient là sa revanche inespérée. Un pouvoir présidentiel que les électeurs gabonais lui ont toujours refusé dans les urnes.

Lire aussi >>> Les Maganga Moussavou : une famille gabonaise à la pensée politique versatile !

Pierre-Claver Maganga Moussavou, maire de la commune de Mouila, co-présidait le dialogue d’Ali Bongo est l’opposant modéré tire le plus grand parti de cette messe politique dont les effets sont toujours attendus. Son autre collègue de l’opposition avec qui ils présidaient la délégation de l’opposition à ses assises boudées par l’opposition radicale, a lui été parachuté au Conseil économique et social. Un poste moins juteux et honorifique que celui a hérité hier Pierre-Claver Maganga Moussavou.

Pierre-Claver Maganga Moussavou remplace à ce poste un autre Punu de Mouila Didjob Divungi Di Ding remercié après l’arrivée au pouvoir en 2009 d’Ali Bongo. Les traditions non écrites de la géo-politique tropicale d’Omar Bongo sont ainsi une nouvelle fois respectées par cette nomination qui fait de la famille Maganga Moussavou, l’une des « familles » politiquement la plus corrompue et marchandée dans ce pays, dirigé depuis 50 ans par la famille d’Ali Bongo, combattue jadis par Maganga père, girouette légendaire du Gabon. Lorsque les convictions politiques sont monnayées pour des honneurs éphémères et éhontés çà donne ce spectacle tragique.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article