CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Day zero

Afrique du Sud : la ville du Cap va se retrouver à court d’eau en avril

Afrique du Sud : la ville du Cap va se retrouver à court d’eau en avril
Afrique du Sud : la ville du Cap va se retrouver à court d’eau en avril © 2018 D.R./Info241

Le « Day Zero » arrive au Cap, en Afrique du Sud, en avril. Et tout le monde est prévenu. Le gouvernement a ainsi averti que la menace du « Day Zero » dépassera tout ce qu’une grande ville a connu depuis la Seconde Guerre mondiale ou les attentats du 11 septembre.

Moov Africa

Des pourparlers sont en cours avec la police sud-africaine parce que « des services de police normaux seront tout à fait inadéquats ». Les habitants, de plus en plus anxieux, parlent à voix basse d’un chaos imminent. La raison de cette alarme est simple, mais terrifiante : l’approvisionnement en eau de la ville est dangereusement proche de se retrouver à sec.

Si les niveaux d’eau continuent de baisser au rythme actuel, Le Cap déclarera le « Day Zero » dans moins de trois mois. Les robinets dans les maisons et les entreprises seront fermés jusqu’à ce que les pluies arrivent, et les quatre millions d’habitants de la ville devront faire la queue pour des rations d’eau dans 200 points de collecte. La ville se prépare à l’impact sur la santé publique et l’ordre social.

« Quand le "Day Zero" arrivera, ils devront appeler l’armée », a déclaré Phaldie Ranqueste, un habitant de la ville, en remplissant son SUV blanc avec de grands récipients d’eau à une source naturelle où les gens attendaient dans une longue queue, anxieux.

Ce n’était pas ainsi que devaient tourner les choses pour Le Cap. Cette ville est connue pour ses politiques environnementales fortes, notamment sa gestion prudente de l’eau dans un endroit du monde de plus en plus sec. Mais après une sécheresse de trois ans, considérée comme la pire depuis plus d’un siècle, les autorités sud-africaines affirment que Le Cap risque de devenir l’une des rares grandes villes au monde à perdre l’eau courante dans les maisons et la plupart des entreprises. Les hôpitaux, les écoles et autres institutions vitales auront toujours de l’eau, disent les responsables, mais l’ampleur des restrictions sera sévère, même pour elles.

Les problèmes du Cap incarnent l’un des grands dangers du changement climatique : le risque croissant de sécheresses récurrentes et graves. En Afrique, continent particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique, ces problèmes constituent un puissant avertissement pour les autres gouvernements, qui n’ont généralement pas les ressources de cette ville et ont peu fait pour s’adapter.

Alors que les niveaux d’eau dans les barrages alimentant la ville continuent de baisser, la ville se démène pour achever les usines de dessalement et augmenter la production d’eau souterraine. À compter du mois de février, les résidents se verront infliger des amendes plus sévères s’ils dépassent leur nouvelle limite quotidienne, qui passera de 87 litres à 50 litres par jour et par personne.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article