Crise Poste Gabon

Affaire Poste gabonaise : la leçon d’Alfred Mabika à Bilie By Nze

Affaire Poste gabonaise : la leçon d’Alfred Mabika à Bilie By Nze
Affaire Poste gabonaise : la leçon d’Alfred Mabika à Bilie By Nze © 2017 D.R./Info241

La bataille sur l’élucidation des véritables raisons de la crise de trésorerie, une crise artificielle, voulue et organisé par l’Etat selon l’ancien PDG de La poste gabonaise est lancée. Dans son essai d’analyses, « La poste au Gabon : controverses & Manipulations politiques », Alfred Mabika Mouyama à travers des explications documentées et chiffrées fait plusieurs révélations pointant la responsabilité du Premier ministre, Emmanuel Issoze-Ngondet, sans omettre d’informer l’opinion sur les détournements de fonds publics qu’aurait fomenté Alain-Claude Bilie By Nze, Porte-parole et ministre de la Communication d’Ali Bongo Ondimba.

Moov Africa

Lire aussi >>> Détournements à La Poste gabonaise : des membres du gouvernement d’Ali Bongo éclaboussés !

Le feuilleton sur la lumière au sujet de La Poste gabonaise est loin d’avoir atteint son épilogue. En effet, interrogé ce samedi par Info241 sur les déclarations du Porte-parole du gouvernement, l’ancien P-DG de La Poste, Alfred Mabika-Mouyama a expliqué ce suit : « J’ai lu avec intérêt les propos de Monsieur Bilie By Nze rapportés par le site gabonedito.ishop241, sur le dossier de La Poste S.A. Je note deux principales faiblesses en ce Monsieur : Tout d’abord, un niveau intellectuel délirant traduisant une méconnaissance totale des notions les plus élémentaires de la gestion d’une entreprise ».

En poursuivant ses explications M. Mabika-Mouyama a étayé ce qui suit : « Les mots comme déficit, prix de revient, coûts, chiffre d’affaires sont employés vaille que vaille à la place de trésorerie, bénéfice, détournement etc...Il ne sait pas distinguer un financement provenant des fonds propres ou des ressources extérieures. Une confusion compréhensible de la part d’un homme d’Etat qui n’a pas fait ses classes. Il ferait mieux de se former afin que nous utilisions les mêmes concepts lorsque nous nous adressons tous deux au peuple gabonais. Ainsi il ne dira plus par exemple que j’ai investi 6 milliards dans tel ou tel projet alors qu’il s’agit du chiffre d’affaires attendu ».

Décriant les approximations, les confusions notoires d’Alain Claude Bilie Bi Nzé, qualifiées de mensongère, l’ancien ministre du Commerce, du Plan et de l’Investissement a martelé ce qui suit : «  le mensonge est son véritable métier. Je reviendrai amplement dans une autre publication sur son ’’crédit’’ de 10 millions aux CCP qu’il aurait remboursé, et sur la conversation téléphonique que j’ai eue avec lui au sujet des potentielles poursuites judiciaires orientées dont il est l’un des instigateurs. »

Lire aussi >>> Alfred Mabika accuse Issoze Ngondet d’avoir plombé les finances de La poste gabonaise

Pour l’heure et pour faire simple, a précisé Alfred Mabika-Mouyama, « je le dis d’ailleurs dans ma conférence de presse : je lui ai passé un appel téléphonique pour lui dire d’arrêter de s’acharner sur des innocents injustement poursuivis, dès lors que le véritable objectif était de me faire imputer des prétendues malversations conformément à son plan de déstabilisation ourdi avec ses complices. Je lui ai dit que j’étais prêt à répondre à toutes ses questions, même au téléphone, au lieu de le laisser martyriser des familles entières ».

Tout en concluant en ces termes : « Cette conversation de 58 minutes aurait été enregistrée. Quant à la crédibilité de la justice dans cette affaire, je vous livrerai bientôt un premier épisode vécu par Monsieur Bilie By Nze et moi-même qui vous démontrera l’état de la justice dans notre pays pour justifier mon attitude. Vous jugerez par vous-mêmes !!! ».

Rappelons qu’n jour après la sortie publique d’Alfred Mabika-Mouyama qui a mis la lumière sur les accusations de détournement de fonds de La Poste, Alain Claude Bilie-By-Nze avait botté en touche ses accusations en niant catégoriquement son implication même tacite dans la faillite de La Poste. Le ministre de la Communication avait pris la défense de son Premier ministre Emmanuel Issoze-Ngondet et la sienne en déclarant sur les ondes de RFI : « Je m’attendais à tout, sauf à ce que Monsieur Mabika aille tomber si bas. Je ne vois pas en quoi le Premier ministre actuel ou moi serions responsables du trou de 100 milliards  ».

Cette accusation est « tellement ridicule », avait renchérit Bilie-By-Nze. En indiquant que pour lui l’enjeu du gouvernement gabonais est « que celui qui était le président directeur général de La Poste puisse répondre devant la justice, plutôt que de chercher de fausses accusations, à essayer de noyer ses responsabilités  ». Le Porte-parole du gouvernement gabonais évoque en sourdine le rôle de la Justice gabonaise qui à nos jours brille par un silence et une complaisance que dénonce l’ancien P-DG de La Poste gabonaise.

Evoquant les présumés détournements de fonds publics de La Poste qu’aurait exécutés Alain-Claude Bilie-By-Nze, Alfred Mabika-Mouyama avait affirmé lors sa conférence de presse du jeudi 16 février à Paris, que l’actuel ministre de la Communication aurait empoché une somme colossale lorsqu’il était ministre délégué en charge de La Poste. « M. Bilie-By-Nze est l’un des fossoyeurs de La Poste. En 2006, il prenait l’argent des Comptes chèques postaux (CCP). Il profitait du fait que le chef d’agence qui était en service était de sa province. Nous étions trois à avoir ce dossier : Paul Toungui, alors ministre des Finances, le président Omar Bongo et moi  », avait indiqué Alfred Mabika-Mouyama, sans sourciller.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article