Libreville, le
jeudi 5 août 2021

CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 26 /48h
Nombre de décès depuis mars 2020 163 +0

Situation vaccinale

Première dose 59 315
Seconde dose 40 925

% de la population

2,85%
1,97%

Situation globale

64 -4 40 925 25 370 +26
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Fétichisme

Trois profanateurs de tombe appréhendés à Koulamoutou

Trois profanateurs de tombe appréhendés à Koulamoutou
Trois profanateurs de tombe appréhendés à Koulamoutou © 2015 D.R./Info241

Trois individus soupçonnés d’avoir profané une tombe ont été interpellés par les éléments de l’antenne provinciale de la police de Koulamoutou dans la province de Ogooué-Lolo (sud-est), a rapporté hier l’AGP, de sources policières locales.

Moov Africa

Matthias Soua, Jean Bernard Ningo et Fred Yopa Ningo ont été pris en flagrant délit, dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 juillet au quartier IKembélé, à 7 km de Koulamoutou.

Cette nuit-là, les trois hommes ont décidé de passer à l’action en allant profaner la tombe de feue Adeline Nkayi, parente du commanditaire et cerveau de la bande à Mathias Soua.Venu à Koulamoutou sa région d’origine pour un court séjour, Mathias Soua a avoué aux enquêteurs que la défunte, sa tante, lui aurait demandé de récupérer son crâne, une fois décédée, afin de l’utiliser comme protection pour la famille.

Après avoir demandé à son fils Fred Yopa Ningo de jouer le rôle de sentinelle en se postant devant le cimetière pour l’informer de tout mouvement, il déterre le cercueil puis retire le crâne du squelette. En attendant leur prochaine comparution, les trois infortunés croupissent à la maison d’arrêt de Koulamoutou et devront répondre de leur acte.

Avec AGP

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article