CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Analyse des pratiques

Santé maternelle : plus de 316 femmes enceintes trouvent la mort chaque année au Gabon

Santé maternelle : plus de 316 femmes enceintes trouvent la mort chaque année au Gabon
Les participantes à l’atelier sous-régional © 2015 D.R./Info241

C’est l’une des statistiques majeure avancée en marge d’un atelier sous-régional sur « l’analyse des écarts de la pratique de sage-femme » qui s’est ouvert officiellement hier à Libreville. L’atelier qui s’étendra jusqu’à demain, entend se pencher sur les pratiques de sage-femme en vue d’améliorer la santé maternelle dans les 6 pays de la sous-région.

Moov Africa

Organisé en partenariat avec le ministère de la Santé, par la Confédération internationale de la sage-femme, le Fonds des Nations unies pour la Population et l’Association des sages-femmes du Gabon, l’atelier a débuté lundi par des travaux en commission.

Le représentant du Dr Mamadou Kanté, représentant-résident du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) au Gabon a, à l’ouverture des travaux, souligné l’impératif de se pencher sur la santé de la mère et de l’enfant.

« Si améliorer la santé maternelle est l’un des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), près de 800 femmes continuent de mourir chaque jour des complications de la grossesse et d’accouchement. Au Gabon on enregistre par an, 316 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes », a-t-il déclaré

En abritant le deuxième atelier sous-régional d’analyse des écarts de la pratique sage-femme dans les pays d’Afrique francophone, a poursuivi le représentant du Dr Mamadou Kanté, le Gabon donne la possibilité aux experts internationaux d’accompagner les sages-femmes dans l’analyse des gaps par rapport à leur pratique de sage-femme, afin de pouvoir élaborer des stratégies pour le renforcement de leurs capacités.

Ainsi, la présence de personnels compétents dans la pratique de sage-femme, intervenant au sein d’un système de santé porteur, peut aider les femmes et les filles à prévenir les grossesses non désirées, leur fournir un appui pendant la grossesse, lors de l’accouchement et sauver des vies.

En matière de soins maternels et infantiles, a reconnu le secrétaire général adjoint 1 du ministère de la Santé, Félix Ndong Obiang, représentant le ministre de la Santé, la sage-femme est la principale professionnelle de santé responsable de la programmation, de l’organisation et de la prestation de soins dispensés aux femmes à partir de la première prise de rendez-vous.

« Pour combler les écarts en personnel dans nos structures sanitaires, la politique nationale de Santé prévoit des mesures en vue d’améliorer la formation, la réglementation de la profession de sage-femme dans le plan de formation et de recrutement des ressources humaines », a-t-il indiqué.

Dans le contexte actuel, a-t-il ajouté, « nos pays ont plus que jamais besoin de personnel qualifié en quantité et en qualité, pour améliorer significativement nos indicateurs en santé maternelle et infantile, qui restent encore très insatisfaisants ».

Avec AGP

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article