CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32-45
Nombre de décès depuis mars 2020 158+1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Education

Rentrée des classes : deux principaux syndicats en grève d’avertissement dès ce lundi

Rentrée des classes : deux principaux syndicats en grève d’avertissement dès ce lundi
Le vote de la grève à l’unanimité de samedi, des deux centrales syndicales © 2016 D.R./Info241

Le gouvernement gabonais fraîchement désigné par Ali Bongo va de crise en crise. Après les postiers la semaine dernière, c’est au tour du secteur de l’éducation de se mettre en branle. Deux principaux syndicats du secteur ont décidé d’entamer ce lundi, une grève d’avertissement reconductible si les engagements notamment financiers, pris par le gouvernement n’étaient pas satisfaites.

Moov Africa

La rentrée des classes longtemps repoussée au Gabon, pourrait bien avoir lieu sans les enseignants, principaux acteurs du secteur. La Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) et le Syndicat de l’Education Nationale (SENA), deux principales grandes forces syndicales regroupant les enseignants gabonais, ont décidé samedi dernier, à la suite de leur assemblée générale respective d’entrer en grève d’avertissement d’une à deux semaines reconductible.

Ce mot d’ordre de grève tombe plutôt mal pour Florentin Moussavou, le nouveau ministre de l’Education qui avait déjà dû renvoyer la rentrée des classes et faire fermer les établissements privés où les cours avaient déjà débutés. Les enseignants réclament le paiement de la Prime d’incitation à la performance( PIP) du 2e trimestre 2015, les rappels de salaire, les cas d’omission à la Prime d’incitation à la fonction enseignante (PIFE) 2015, le paiement intégral des arriérés des salaires des enseignants « séquestrés » de mars à août 2015, l’organisation du concours d’entrée à l’École normale supérieure.

Autant dire que la rentrée des classes au Gabon s’annonce déjà très mouvementée. Au regard ses soucis de trésorerie que traversent le pays, ces revendications pourraient-elles être satisfaites dans les tout prochains jours ? Au gouvernement d’y répondre et de rassurer les parents d’élèves qui doivent composer avec des années scolaires en dents de scie, dues aux nombreuses grèves dans ce secteur clé de la nation.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article