Licenciement collectif

Ré-Ndama : les agents à la caisse dès ce mercredi en attendant leur licenciement

Ré-Ndama : les agents à la caisse dès ce mercredi en attendant leur licenciement
Ré-Ndama : les agents à la caisse dès ce mercredi en attendant leur licenciement © 2021 D.R./Info241

C’est finalement l’issue d’âpres et intenses négociations engagées depuis quelques semaines entre la direction de l’hôtel Ré-Ndama et les délégués de son personnel, auquel elle vient d’ailleurs de proposer un plan de licenciement collectif pour motif économique. Après avoir reçu leurs bulletins de paie des 50% de leurs salaires qui leur avait été suspendus en février dernier, les 160 agents passeront en banque toute cette semaine pour percevoir trois mois d’impayés d’allocation de chômage technique.

Moov Africa

Ils ont répondu nombreux présents cette fin de matinée à l’esplanade de ce qu’il conviendra désormais d’appeler sous peu, leur ancien employeur. En effet, au terme d’intenses négociations via la direction provinciale du Travail, les salariés de l’hôtel “le méridien Ré-Ndama” ont pu obtenir ce mardi le calcul de ce qui revenait désormais de droit à chacun en terme d’indemnité d’allocation de chômage technique.

Les agents ce mardi au siège de l’entreprise

Leur outil de travail ayant fait l’objet d’une réquisition par le gouvernement en mars 2020 pour abriter les cas de personnes admises en quarantaine pour cause de Covid-19, un arrêté du même gouvernement avait été pris par le ministère de la Fonction publique et du Travail. Celui-ci imposait à tout employeur de reverser au moins 50% de leur salaire à ses employés. Seulement, la crise sanitaire s’éternisant, la direction du groupe Wally n’en pouvait plus de payer des employés inactifs. Au moyen d’une note d’information, elle annonçait unilatéralement la suspension de cette indemnité mi-février. Une décision qui a provoqué l’ire des près de 200 personnes employées qui se retrouvaient ainsi précarisées.

Ce mardi, une première étape a donc été franchie avec la mise à disposition de leurs bulletins de paie des trois mois que sont février, mars et avril en cours à certains. Quant d’autres, main d’œuvre non permanente ont été payés en cash. Autant dire que dès ce mercredi, ce sera la ruée vers les banques. Une bouffée d’oxygène qui ne représente certes pas grande chose, mais permettra quand même à plusieurs d’entre eux d’apaiser les tensions naissantes avec leurs bailleurs.

Une fois passée cette étape, il va falloir automatiquement entamer d’autres pourparlers avec la même direction qui leur a clairement signifié, le 15 avril dernier son intension de procéder à un licenciement collectif de près de 160 personnes pour « motif économique ». Les délégués du personnel ayant pris connaissance de cette information, il leur revient désormais d’apprécier les termes de cette séparation en vue qui aboutira sans nul doute à la mise au chômage précoce de plusieurs compatriotes.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article