Viol en réunion

Port-Gentil : Une élève de 17 ans agressée et violée par 7 garçons à la sortie des cours

Port-Gentil : Une élève de 17 ans agressée et violée par 7 garçons à la sortie des cours
Port-Gentil : Une élève de 17 ans agressée et violée par 7 garçons à la sortie des cours © 2022 D.R./Info241

Une adolescente âgée de 17 ans a été victime d’un viol organisé après la sortie des cours près de la décharge publique de Port-Gentil, située dans le département de Bendjé, le 17 février dernier. Selon les premiers constats, les violeurs présumés étaient au nombre de sept. 7 jeunes qui ont braqué leur victime avant d’abuser d’elle sexuellement sans aucune protection. Un drame qui laisse sans voix les riverains. Ce d’autant que les 7 prédateurs sexuels courent toujours dans la capitale économique gabonaise.

Info241 sur Whatsapp

Les faits remontent à ce jeudi aux environs de 15 heures 50 minutes. La victime, de nationalité gabonaise, élève en classe de seconde au lycée et collège Bac Aviation, ne se doutant de rien, pris la décision de cheminer sur l’axe routier hôpital régional-N’tchéngué afin de rentrer chez elle. Long de près de 2 kilomètres, il était question pour elle de faire quelques petites économies pour alléger les dépenses de ses parents. C’est du moins ce que font également les autres élèves dudit lycée et ceux du lycée Thuriaf Batsantsa.

Piégée par un ancien camarade de classe

Comme un enfant qui marche sur la route, le nez en l’air et les cheveux au vent, avec ses oreillettes bien accrochées, elle s’est vue interpellée une première fois au niveau du quartier Badamier, par un certain Éric, un ami de longue date et ancien élève du lycée auquel elle appartient. Un garçon converti désormais à chiner chaque jour qui passe à la décharge publique dans le but de se faire une petite fortune. Après avoir pris le taxi pour la décharge, ce lieu considéré comme dangereux où tout se vend (drogues en tout genre).

Le chemin emprunté par la victime

Puis une seconde fois, pour se remémorer les évènements du lycée, il va adresser la parole à sa potesse en lui proposant de discuter un peu avec lui. Selon elle, plusieurs minutes se sont écoulées. Ensuite, il l’invitera à prendre un jus non loin de la piste située entre la décharge et la station de pompage. Ne s’imaginant pas que le piège était tendu, ils sont allés ensemble tout tranquillement. Quelques mètres après, elle a vu trois garçons sortir d’un des chemins rudimentaires menant à la poubelle. Puis trois autres derrière elle. C’est alors que l’étau s’est resserré sur elle.

"Au secours, à l’aide !"

Encerclée par ses bourreaux, balayage à l’appui, elle s’est retrouvée dans les herbes. Dépossédée de son sac, son téléphone portable, son porte-monnaie et de sa chemise scolaire. La victime de ce qui s’apparentait à un braquage, a beau crier haut et fort « au secours, à l’aide ! » en vain, ses agresseurs transformés en prédateurs sexuels ne se sont pas fait prier d’assouvir leur libido. Tour à tour, ils ont passé en revu et abusé du corps de l’innocente jeune fille.

« Je revenais du marché. En marchant, j’écoutais des pleurs pas loin de là qui disaient ’laisse-moi, laisse-moi’. Je me suis un peu précipité, et là j’ai vu trois voyous qui rangeait leur pantalon et trois autres qui retenaient la fille. J’ai de suite crié oh voleur, oh voleur. Et les voisins qui rentraient aussi de leurs activités m’ont suivi. Et nous avions pu sortir la gamine de là. Tous ont fui en rentrant directement à la décharge comme ils savent que personne ne va là-bas de peur de laisser sa peau » relate à Info241 Patrick N’tchorérét, un témoin de la scène.

Un cauchemar éveillé

Dénudée, elle a été soutenue par des personnes de bonne foi avant de regagner son domicile. Une fois à domicile, aux dires de sa maman, la fille s’est plainte de douleurs au niveau du bas du ventre. Occasionnant des fièvres, douleurs et de violents maux de tête. Inquiète des cris de douleurs que poussait sa fille dans la chambre après être rentrée du boulot, la mère de la demoiselle, s’est rapidement introduite dans la chambre de son unique fille, histoire de s’enquérir de l’état de santé de cette dernière. Très vite elle s’est rendue compte qu’un malheureux événement venait de se passer.

C’est alors qu’elle essayera de savoir un peu plus sur ce qui s’est réellement passé en questionnant sa fille. Couverte sous ses draps, l’adolescente décidera à cet instant de tout dire à sa très chère maman. En retirant les draps de son corps, on pouvait voir plusieurs hématomes sur le long de son corps. Sur les draps, du sang comme si elle s’exsanguinait. Son sous-vêtement déchiré, était lui également bondé de ce fluide qui coule et tombe dans les combats et les massacres. Très vite, la mère en larmes, compris à peu près ce que sa fille a subi. Face à face, celle qui était immaculée autrefois, a tout relaté à sa tutrice avec ses mots dans les moindres détails.

« Elle m’a dit qu’ils étaient à 7. Ils lui ont d’abord braqué tout ce qu’elle avait. Et par la suite, ils lui ont déchiré ses habits. Chacun est monté à son tour sur elle. Ils ont mis sa chemise sur sa bouche pour que personne ne l’entende crier », a indiqué la mère de la victime. Ajoutant que « personne n’était protégée. C’est ce qu’elle m’a dit quand je lui ait posée la question ». Traumatisée, la famille a décidé d’entreprendre des démarches légales. La jeune fille a été conduite à l’hôpital pour des examens médicaux approfondis (test de grossesse et du VIH). Pour finir, elle compte saisir dans les plus brefs délais, les institutions juridiques afin que les auteurs de cet acte crapuleux soient fermement sanctionnés. L’affaire suit son cours.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article