Pollution

Perenco Gabon à l’origine d’une grosse fuite de pétrole brut dans l’océan à Port-Gentil

Perenco Gabon à l’origine d’une grosse fuite de pétrole brut dans l’océan à Port-Gentil
Perenco Gabon à l’origine d’une grosse fuite de pétrole brut dans l’océan à Port-Gentil © 2022 D.R./Info241

Perenco Oil & Gas Gabon est une nouvelle fois dans la tourmente. L’entreprise pétrolière franco-britannique installée à Port-Gentil a subi une avarie ce jeudi aux alentours de 11h sur le terminal pétrolier du Cap Lopez, laissant planer une nouvelle fois des risques de pollution pour l’environnement bien que les autorités gabonaises aient avancé « qu’aucune pollution maritime n’a pu être constatée à ce stade ». Le bac-réservoir endommagé contenait 50 millions de litres (50 000 m3) de pétrole brut de l’Etat gabonais en attente pour l’export. Une enquête aurait été ouverte pour en connaitre l’origine.

Info241 sur Whatsapp

Perenco Gabon n’a visiblement pas fini d’être une entreprise dangereuse pour la faune et la flore maritime du Gabon. Déjà reconnue pour des faits similaires dans le en 2012 et plus récemment en 2021, l’entreprise pétrolière a une nouvelle fois connu hier un grave incident avec d’importantes fuites d’hydrocarbures sur son site du Cap Lopez, dans la capitale économique gabonaise.

Une vue de l’incident

Selon un communiqué du ministre du Pétrole et du Gaz, Vincent de Paul Massassa, il n’y aurait pas péril en la demeure. « Au moment de la fuite, le bac qui a une hauteur de 18 mètres était rempli à 60% et contenait 50 000 m3 soit 300 000 barils de pétrole brut en attente de chargement pour l’export », a-t-il laissé entendre. « Bien que le pompage ait été immédiatement initié par les équipes, la fuite s’est amplifiée et le pétrole s’est répandu de la citerne dans les merlons de rétention prévus à cet effet », a-t-il ajouté.

Une vue aérienne du site accidenté

Alors que les autorités gabonaises continuent de voler au secours de l’entreprise malgré des faits de pollutions avérées, Perenco a de son côté affirmé avoir « installé des barrages flottants à titre préventif » et « pomper les hydrocarbures retenus dans les bacs de rétention » situés à une centaine de mètres de l’océan Atlantique.

L’entreprise pétrolière qui avait déjà reconnu pour avoir causé une pollution pétrolière offshore dans le sud-ouest du Gabon en 2012, « rapidement nettoyée » est dans le collimateur des organisations de défense de l’environnement. Perenco avait été mise en examen au Gabon en juillet 2021 pour des faits de pollution et de dégradation des rivières, lagunes et mer par les hydrocarbures.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article