Marchand d’armes

Minusca : Un militaire gabonais condamné pour avoir tenté de vendre 1 400 minutions de guerre

Minusca : Un militaire gabonais condamné pour avoir tenté de vendre 1 400 minutions de guerre
L’adjudant Hugues Roland Mandoukou à la barre avec son avocat © 2021 D.R./Info241

Les activités des militaires gabonais engagés dans la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca) est loin d’être un long fleuve tranquille. Un militaire jugé par la cour miliaire spéciale de Libreville, a reconnu l’adjudant Hugues Roland Mandoukou coupable de vol de minutions de guerre, commerce avec l’ennemi et violation des consignes militaires. Il a écopé cette semaine de 35 mois de prison couvrant sa détention préventive.

Info241 sur Whatsapp

Les militaires gabonais engagés dans des missions de paix dans des pays frères en crise n’échappent pas à l’envie de se faire un peu d’argent de poche. C’est ce qui est arrivé à l’adjudant Hugues Roland Mandoukou qui, engagé dans le contingent gabonais de la Minusca, a tenté vainement de vendre 1 400 minutions de guerre à ses frères d’armes centrafricains en 2018. Des faits graves qui ont conduit à sa mise aux arrêts.

L’opération de vente aura tourné court pour notre soldat-vendeur d’armes en raison d’une incompréhension avec son intermédiaire le jour de la vente proprement dite des munitions dérobés dans les stocks non expertisés de sa compagnie. Le soldat comptait en tirer la modique somme de 150 000 FCFA de ses acheteurs. C’est ainsi qu’au lieu d’être conduit sur le lieu de vente, il finira à l’un des check-points de la gendarmerie du PK5 de Bangui, la capitale. Pris la main dans le sac, il sera rapatrié au Gabon pour répondre de ses actes.

A la barre, le mis en cause a affirmé avoir agi sur l’ordre d’un autre militaire gabonais : l’adjudant Victor Mouketou Moungala. Ce dernier a nié toute implication de cette sombre affaire de vente d’armes avortée. Malgré que la défense de l’adjudant Hugues Roland Mandoukou ait dénoncé de vice de procédure, la cour militaire spéciale de Libreville l’a reconnu coupable des faits avant de le condamner à 35 mois de prison soit 2 ans et 11 mois. Une sorte de relaxe pour celui qui aura passé près de 3 ans en détention préventive.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article