CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Messi Polémique

La polémique sur la venue de Lionel Messi au Gabon s’enfle de plus belle

La polémique sur la venue de Lionel Messi au Gabon s’enfle de plus belle
Le président Gabonais Ali Bongo conduisant Lionel Messi sur le chantier du stade de Libreville © 2015 D.R./Info241

Alors que le bad buzz autour de l’arrivée vendredi au Gabon du quadruple ballon d’or, Lionel Messi, n’émeut pas les rédactions gabonaises bonne enfant, les citoyens sur les réseaux sociaux ont vite fait de faire déchanter la présidence Gabonaise à l’origine de l’opération de communication.

Moov Africa

Officiellement invité pour poser la première pierre du futur stade de Port-Gentil, l’un des sites retenus pour la CAN 2017, mais aussi selon certaines sources, pour l’inauguration du restaurant privé du fils du président, Noureddin Edouard Bongo-Valentin. La polémique s’est depuis hier diversifiée notamment en raison de "bourdes" communicationnelles de la présidence Gabonaise.

Ali Bongo, Messi, Eto’o pris dans la nasse

Tout d’abord, la visite du roi du football mondial n’a été officialisée que jeudi par la présidence de la République, pris dans un contexte social et politique défavorable à Ali Bongo depuis de longs mois. Via l’agence Reuters l’opposition Gabonaise, qui a dégainé la première sur l’événement, s’interroge sur le coût de l’opération de marketing politique médiatique de cette arrivée surprise de Lionel Messi. Certains membres de l’opposition évoquent les faramineuses sommes de 700 millions de FCFA ou de 3 milliards de FCFA qui seraient ponctionnés des caisses du trésor public, argent du contribuable gabonais..

A l’initiative de son ancien coéquipier, Samuel Eto’o Fils, par ailleurs ami proche d’Ali Bongo, la venue de Lionel Messi lui aura fallu les foudres des internautes quant au coût probable de cette opération de communication.Samuel Eto’o Fils, se substituant au gouvernement Gabonais, a martelé que l’Etat Gabonais n’avait dépensé aucun sous pour déplacer le champion Argentin. Ce qui est loin d’être probable dans ce milieu sportif où l’argent circule à flots. Rien que le jet privé l’ayant conduit à Libreville le prouve amplement.

La pose de la fameuse "première pierre" de béton

Dans un contexte de tensions et de crises sociales et politiques, PR & Events, le nouveau cabinet parisien de communication d’Ali Bongo, dirigé par Anne Hommel de Majorelles, vient d’essuyer une déferlante non mesurée.

La visite vue par la presse étrangère

Dans les médias internationaux, plusieurs titres ont consacré la polémique autour de cette arrivée controversée en terre Gabonaise. Le quotidien sportif français L’Equipe titre à ce sujet, « Lionel Messi, hôte controversé du Gabon ».Pour L’Equipe, « selon des sources anonymes citées par la presse d’opposition, la star argentine pourrait aussi prendre part à l’inauguration d’un restaurant lancé par l’un des fils du président gabonais. Plus généralement, alors que le pays est en proie à des tensions sociales, des critiques se font jour contre la « politique par le football » du pouvoir en place, soupçonné de monnayer au prix fort la venue du finaliste malheureux de la Copa America. »

Un autre quotidien sportif Footafrica365 parle du déferlement médiatique des citoyens gabonais sur twitter ). En sa une intitulée, ‘’Messi arrive Twitter se déchaîne’’, Footafrica356 a répertorié quelques tweets dont les plus éponymes sont surement les suivants :

Le site sportif Sport.fr titre à son tour, ’’Messi, le voyage polémique’’. L’article fait mention par ailleurs de l’idée tant décriée d’une politique-football, car l’opposition craignant que cette visite ne soit pas désintéressée et ait été négociée au prix fort par Ali Bongo et son fils aîné, pour une inauguration de son restaurant privé, avec les deniers publics. Et ce alors que le pays traverse une période difficile avec une crise sociale (non paiement des salaires, l’abandon de plusieurs chantiers de construction d’infrastructures publics faute de paiement..) et politique (l’acte de naissance polémique d’Ali Bongo)..

Un autre média français RTL, a titré pour sa part, ‘’Lionel Messi : sa visite au Gabon déchaîne les opposants et Twitter’’. De la plume de Ryad Ouslimani, le son de cloche de RFI est relevé, « selon RFI, la visite du quadruple Ballon d’Or a indigné certains opposants au président Ali Bongo. Car si l’Argentin est censé poser la première pierre du stade de Port-Gentil, lançant symboliquement les préparatifs de la CAN 2017, il semblerait que le joueur du FC Barcelone doive aussi aller inaugurer un restaurant, dont le propriétaire n’est autre que Noureddine Bongo, fils du chef de l’État. »

RTL fait remarquer également, que « la polémique a enflé aussi concernant le probable coût engendré par une telle visite, Lionel Messi ne se déplaçant pas gratuitement, selon les opposants. Le dernier point de critique est apparu quant à lui au moment de l’arrivée du footballeur sur le sol gabonais. "La Pulga" est descendu du jet privé dans une tenue jugée peu adaptée à la circonstance. Short en jeans troué, t-shirt blanc imprimé, basket blanche, barbe de trois jours et mains dans les poches. »

En conclusion de son papier, RTL relais, la réaction de l’Union du peuple gabonais (UPG), parti de gauche opposé à celui qui est perçu comme un dictateur par ses opposants, a publié une tribune sur Mediapart et il y dénonce l’attitude du joueur. "Le Messie du foot est arrivé comme dans un zoo au Gabon : sale, mal rasé et les mains dans les poches à la recherche de cacahuètes à leur balancer". L’UPG estime que Messi aurait dû s’habiller d’une autre manière pour "se présenter devant des officiels d’une République même bananière"

Après les flops événementiels à gros budget, de la présidence de la République, sous l’ère d’Ali Bongo, prescrits jadis par Novacom, l’agence conseil en communication et marketing dirigée par Jean-Louis Lesage, l’ex communicante lors du scandale du Sofitel (Strauss-Kahn vs Nafissatou Diallo), Anne Hommel arrive au palais présidentiel gabonais avec des projets d’enfumages médiatiques, entre autres, son nouveau site, stop-kongossa, avec pour but de stopper la rumeur en terre gabonaise.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article