CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Séisme du BAC 2014

Léon Nzouba, le ministre gabonais de l’éducation démissionne de son poste

Léon Nzouba, le ministre gabonais de l’éducation démissionne de son poste
Léon Nzouba lors de sa controversée conférence de presse du 13 août © 2014 D.R./Info241

Le ministre gabonais de l’Education nationale Pr Léon Nzouba a présenté sa démission, a annoncé dimanche la porte-parole du gouvernement Denise Mekam’ne. Officier général et médecin de la Santé militaire, M. Nzouba était entré au gouvernement en 2009 au lendemain de l’élection d’Ali Bongo Ondimba à la présidence de la République.A l’origine d’une tempête dans le secteur de l’éducation, le ministre a sans nul doute été contraint de rendre son tablier.

Moov Africa

Fidèle compagnon d’Ali Bongo Ondimba, il a tour à tour occupé les fonctions de ministre des Travaux publiques, ministre de la Santé avant d’atterrir à l’Education nationale son dernier poste.

La porte-parole du gouvernement, qui n’a pas évoqué les raisons de cette démission, a simplement indiqué que M. Nzouba avait informé le chef de l’Etat qui en a pris acte. M. Nzouba était englué dans une grave crise née au lendemain de la publication des résultats du baccalauréat 2014.

En effet, après la proclamation des résultats du bac 2014, quelque 900 élèves ont été déclarés échoués parmi tant d’autres. Ces 900 élèves ont contesté leur échec par une grève de la faim à la cathédrale Sainte Marie de Libreville. Ils affirmaient que l’Etat n’avait pas comptabilisé leurs résultats du Bac 1 passé en classe de première.

Fruit d’une reforme qui a avortée, le Bac 1 a été annulé en milieu d’année avec une exception pour les candidats qui l’ont obtenu l’année dernière. La réforme annulée prévoyait que l’obtention du Bac se faisait en additionnant les notes du Bac 1 à celles du Bac 2, ce que l’administration a refusé dans un premier temps d’appliquer.
Suite à une forte pression, le ministre de l’Education nationale a fini par infléchir sa position en acceptant d’additionner les notes des deux épreuves. Il a finalement déclaré admis 600 élèves dont la moyenne variait entre 8 et 9 après cette addition.

Les présidents du jury du bac ont unanimement refusé de signer les attestations de réussite de ces élèves parce que la loi gabonaise dispose que l’admission au bac est conditionnée par l’ obtention d’une moyenne supérieure ou égale à 10.

Le conseil des ministres a reconnu le bien fondé de la protestation des présidents du jury et déclaré échoués tous les élèves concernés. Les 600 élèves pour leur part réclament des épreuves orales pour clôturer leurs épreuves. L’Etat répond par le silence.

Les élèves ont pris un avocat qui a porté plainte contre l’Etat. Après deux reports, la prochaine audience est prévue le 2 septembre prochain au Tribunal de première instance de Libreville.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article