En route vers 2023

Le Parti écologique gabonais veut un contrat avec Ali Bongo pour la présidentielle de 2023 !

Le Parti écologique gabonais veut un contrat avec Ali Bongo pour la présidentielle de 2023 !
Marcel Mounguengui, président du PEG, le 9 avril à Libreville © 2022 D.R./Info241

C’est ce qu’a laissé entendre ce parti au cours de sa rentrée politique effectuée le week-end dernier. Si Ali Bongo ne trouve pas d’accord avec le Parti écologique gabonais (PEG), il n’y aura pas son soutien dans sa course à un 3e mandat de 7 ans supplémentaires à la tête du Gabon. Une manière habile de faire pression sur le candidat pas encore déclaré, mais « naturel » du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis sa création en 1968).

Info241 sur Whatsapp

Mise à jour du 14 avril à 22h20 : La rédaction d’Info241 contacté par le président du PEG, a tenu à préciser qu’il ne menaçait pas Ali Bongo mais qu’il souhait un « accord politique » avec lui ou pas en vue de la présidentielle à venir.

La prochaine présidentielle gabonaise prévue en août 2023 promet déjà d’être mouvementée. Alors qu’Ali Bongo arme son dispositif de campagne pour cette échéance capitale avec notamment la mise en place du Haut commissariat de la république (HCR) et son programme électoraliste baptisée « Plan d’accélération de la transformation » (PAT), il lui faudra tout de même le soutien sur le terrain de ses traditionnels partis alliés.

L’un d’eux, le Parti écologique gabonais (PEG) a déjà sorti ses griffes pour faire partie de cette grande messe de conciliabules à venir qui devrait aboutir au soutien des partis de la galaxie présidentielle ou apparentée à leur champion. Au cours de leur rentrée politique tenue ce samedi à Libreville, les responsables du PEG ont été formels, Ali Bongo devra négocier avec eux sinon, le parti écologiste s’en remettrait au « candidat de leur choix » qui ne serait pas le patron des PDGistes.

Une autre vue des participants à cette rentrée politique du PEG

« Le Parti écologique gabonais (PEG) soutiendra le candidat sortant au cas où celui-ci déciderait de se représenter à la magistrature suprême, après accord avec celui-ci, au cas contraire, nous soutiendrons le candidat de notre choix », a laissé entendre son président Marcel Mounguengui dans des propos rapportés par l’Union. Ce parti gazelle qui milite pour la protection de l’environnement, la justice sociale, la démocratie participative et le pacifisme politique pourrait ainsi tourner le dos à Ali Bongo sans accord.

Ce, alors que selon de l’avis même du président Marcel Mounguengui, la société gabonaise dirigée depuis 2009 par le presque candidat sortant, reste minée par divers maux qu’il a dépend dans un tableau sombre. Ces maux sont « Les déchets qui inondent les villes du pays, la construction anarchique, la déforestation accélérée, l’insalubrité des villes, l’exploitation illégale des ressources naturelles, les inégalités et injustices, etc. ». Charge à Ali Bongo de les résorber d’ici à la présidentielle !

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article