Presse

Journée mondiale de la liberté de la presse : le Gabon reporte les festivités sine die !

Journée mondiale de la liberté de la presse : le Gabon reporte les festivités sine die !
Journée mondiale de la liberté de la presse : le Gabon reporte les festivités sine die ! © 2022 D.R./Info241

Comme chaque 3 mai, la communauté internationale célèbre la journée mondiale de la liberté de la presse. Au Gabon, les commémorations ont d’ores et déjà été reportées sine die par une communication des autorités. Dans un communiqué paru ce lundi, le ministère de la Communication a évoqué des « raisons techniques indépendantes » de sa volonté pour justifier ce report. Une célébration qui intervient alors que les autorités gabonaises ont clairement déclaré la guerre à une partie de la presse jugée hostile au pouvoir en place par des sanctions et la saisine de la Haute autorité de la communication (HAC).

Info241 sur Whatsapp

Lire aussi >>> Le gouvernement gabonais en guerre ouverte contre « certains » journalistes jugés hors-la-loi !

La journée mondiale de la liberté de la presse n’aura pas lieu ce mardi. Ainsi en a décidé le gouvernement gabonais qui a reporté sine die l’évènement. Dans un communiqué de presse n⁰00070/MINCOM/SG/DGCOM du 02 mai 2022, la Direction générale de la Communication porte à la connaissance professionnels des médias, organisations patronales du secteur presse et les partenaires au développement que pour des raisons techniques indépendantes de leur volonté « les festivités marquant la commémoration au Gabon de la journée mondiale de la liberté de la presse, initialement prévues pour le mardi 3 mai à Libreville, sont reportées à une date ultérieure ».

Cependant, tout en réaffirmant l’engagement indéfectible des plus hautes autorités pour la préservation et la garantie de la liberté de la presse au Gabon, le ministère de la Communication présente ses excuses aux acteurs et partenaires pour le désagrément causé, à en croire les propos de la directrice générale de la Communication Hermine Otounga Souna. Avant de promettre qu’une « communication spéciale sera faite dans les prochains jours pour édifier l’opinion et les différents participants sur la nouvelle date arrêtée », précise le communiqué officiel.

Une journée de la liberté de la presse qui tombe quelques jours seulement après une déclaration incendiaire du gouvernement gabonais contre la presse. Le porte-parole Alain-Claude Bilie-By-Nzé avait jeudi dernier fustigé certaines parutions sans les nommer, qui enfreindraient selon les autorités la liberté de la presse. Le membre du gouvernement avait annoncé avoir saisi la HAC pour punir « certains journalistes » qui abuseraient de cette « liberté » à travers des articles hostiles au pouvoir de Libreville. Toute chose qui promet des jours noirs pour la presse gabonaise et la liberté de la presse célébrée de par le monde ce mardi.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article