Crise des activistes

Jonas Moulenda arrête son activisme pour la « libération » du Gabon

Jonas Moulenda arrête son activisme pour la « libération » du Gabon
Une capture d’écran d’une des célèbres vidéos de l’activiste © 2015 D.R./Info241

La nouvelle est tombée tel un couperet, l’activiste exilé en France Jonas Moulenda arrête son combat pour la « libération » du Gabon. Dans un long plaidoyer publié sur sa page facebook ce samedi matin, l’activiste se dit meurtri par l’hypocrisie, la trahison, la méchanceté et le manque de volonté de ses alliés dans la lutte pour la libération du Gabon. Sur fond de crise unitaire des leaders-activistes de l’opposition, Jonas Moulenda dit passer le flambeau aux « cadets ».

Moov Africa

Jonas Moulenda qui situe ce combat pour dénoncer les travers du régime en place au Gabon depuis 1993, est depuis son exil en France la cible de plusieurs activismes pourtant dirigé contre le pouvoir d’Ali Bongo. La semaine dernière, c’est la célèbre Convention de la diaspora gabonaise (CDG) proche de Jean Ping, qui l’aura dégainé un langoureux communiqué de presse le qualifiant d’"exilo-situationiste", en référence à la formule désormais célèbre de « profito-situationiste » popularisée par Alexandre Barro Chambrier.

Cette semaine, c’est le youtubeur et président du Paraliga (Parti radical pour la libération du Gabon) Lanlaire qui en a remis une couche en promettant une empoignade à Jonas Moulenda l’accusant d’avoir insinué que ses « conférences de presse » étaient écrites par les membres CDG.

La tension entre les activistes de France étant parvenu à son point culminant, Jonas Moulenda entend par ce retrait laisser « toute la latitude à mes détracteurs de montrer de quoi ils sont capables parce que je leur ravissais la vedette depuis mon arrivée en France ». Détracteurs qu’il qualifie de « pseudos opposants à la vision politique obscure ».

Avant de renchérir, « Je ne me retrouve plus dans cette ambiance. L’intrigue, l’injure et la calomnie sont devenues un trait de caractère chez les alliés qui se révèlent n’être que des tartufes et des maîtres chanteurs et non des porteurs d’ambitions ».

Sans les nommer, Jonas Moulenda dit passer le flambeau aux « cadets » qui pourront « compter sur mes précieux conseils sur un terrain montagneux où se confrontent motifs d’inquiétudes et raisons d’espérer. En tant que devancier, je serai toujours là pour guider leurs pas afin qu’ils ne trébuchent pas ».

Depuis déjà plusieurs mois, les activistes pourtant opposés au pouvoir d’Ali Bongo, se dressent désormais les uns contre les autres laissant un boulevard aux activistes du pouvoir gabonais qui en profitent pour pointer leur manque d’unité et de cohérence idéologique. Cette opposition dans l’opposition est également le symptôme des gue-guerres qui se déroulent actuellement entre les leaders des partis de l’opposition qui tardent à asseoir une position commune contre le pouvoir d’Ali Bongo.

[MISE A JOUR DU 18 OCTOBRE] Jonas Moulenda a annoncé cet après-midi que sa capitulation était une vaste plaisanterie pour tromper l’ennemi. L’activiste s’est targué d’avoir reçu en l’espace de deux jours 6843 messages dont certains provenant de « grands pedegistes », l’invitant à revenir sur sa décision et à poursuivre le combat.

Avant de conclure « que ceux qui avaient déjà sorti leurs bouteilles de champagne les rangent dans les tiroirs. Je suis encore là pour leur donner des insomnies. Il en sera ainsi aussi longtemps que je vivrai ». Sacré Moulenda !

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article