Justice

Faux passeports gabonais : Un capitaine de police et 4 étrangers condamnés pour faux

Faux passeports gabonais : Un capitaine de police et 4 étrangers condamnés pour faux
Faux passeports gabonais : Un capitaine de police et 4 étrangers condamnés pour faux © 2022 D.R./Info241

La justice gabonaise a rendu son verdict ce 27 janvier sur l’un des plus grands scandales de faux passeports impliquant un haut responsable de la Direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI). Le réseau de faussaires constitué d’un capitaine de police de la DGDI et de plusieurs étrangers, aurait fait établir plus de 160 faux passeports gabonais à des étrangers avec la signature d’Ali Bongo. Ils ont été condamnés à 2 et 3 ans de prison ferme et à des amendes oscillant entre 1,5 et 3 millions.

Info241 sur Whatsapp

Le tribunal correctionnel de Libreville a fixé les sanctions pénales du capitaine de police ancien chef de service passeport de la DGDI, Junior Thierry Otsobogo, et ses complices Chebab Abaga Abbas (Libanais), Georges Ondo Ekia Adel (Libanais), Mamadou Konaté (Malien) et Konaté Alhassane (Malien). Les quatre faussaires ont tous été déclarés coupables de faux, seules les peines ont varié entre les différents protagonistes.

Junior Thierry Otsobogo s’en sort plutôt à bon compte dans cette affaire puisque l’ancien chef de service de la DGDI n’écope que de 2 ans de prison dont 8 mois avec sursis et d’une amende de 1,5 million. Incarcéré depuis début décembre 2020, le capitaine de police recouvrira la liberté en avril prochain. Ce qui n’est pas le cas de ses 3 complices étrangers. Ils ont tous écopé de 3 ans de prison ferme assortis d’une amende de 3 millions de FCFA.

Les faits remontent à novembre 2020 quand le patron de la DGDI se rend compte de la supercherie qui se jouait sous ses yeux après la découverte de 160 passeports gabonais établis sur la base de faux documents administratifs : certificats de nationalité, faux actes de naissance et décrets de naturalisation. Le procès ouvert le 12 janvier, a permis de connaitre le mode opératoire des malfrats.

Le Malien Konaté Alhassane se chargeait de rabattre les candidats à la nationalité gabonaise contre des sommes pouvant aller jusqu’à 4 millions. Il a toutefois nié connaitre le capitaine Otsobogo qui a été mouillé par des écoutes téléphoniques avec les autres mis en cause. Les sujets libanais se rapprochaient du Malien pour obtenir les précieux sésames dont les faux décrets de naturalisation que signait Ali Bongo au bout de 3 mois.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article