CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32-45
Nombre de décès depuis mars 2020 158+1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Industrialisation

Filière bois : une nouvelle usine de transformation ouvrira ses portes à Ndjolé

Filière bois : une nouvelle usine de transformation ouvrira ses portes à Ndjolé
Filière bois : une nouvelle usine de transformation ouvrira ses portes à Ndjolé © 2016 D.R./Info241

La compagnie Bois et Scierie de l’Ogooué (BSO) procédera à l’inauguration d’une nouvelle usine à Ndjolé dans la province du Moyen-Ogooué dans les tous prochains jours, a annoncé hier l’entreprise en marge d’une audience avec le ministre gabonais délégué à la Forêt, André Crépin Gwodoc.

Moov Africa

L’annonce a été faite au ministre délégué à la Forêt André Crépin Gwodock par le directoire de la BSO au cours d’une audience récemment tenue à son cabinet. A la faveur de cet entretien, André Crépin Gwodock et le directoire de BSO ont également échangé sur les activités de ladite entreprise à savoir, son plan d’industrialisation mais aussi les dernières mesures prises par le ministère liées à la bourse nationale du bois du Gabon.

Tout comme les dossiers relatifs au séchage obligatoire de certaines essences avant exportation, à la transformation locale du Kevazingo et de l’Ozigo préalable à toute exportation, et au sort des stocks de Kevazingo avant cette mesure ont également été épluchés. Avec cette nouvelle unité de transformation de bois, le constat demeure clair. Depuis 2009, date de la décision gouvernementale d’interdiction d’exporter les grumes, la filière bois au Gabon poursuit son évolution positive.

Au chapitre des facteurs qui contribuent à cette embellie, on peut notamment citer les mesures fiscalo-douanières attractives mises en place par l’Etat, facilités accordées aux opérateurs économiques de la filière afin de procéder à la création de nouvelles entités industrielles, à améliorer leurs objectifs industriels ainsi que leur outil de production.

Ces actions se sont traduites par une évolution positive de la transformation du bois au Gabon. Le volume de bois transformé est passé de 691 000 m³ en 2009 à 850 000 m³ en 2014, soit une augmentation de 15%. De même, le rendement matière qui était autrefois entre 25 et 35 %, en 2009 s’est situé à 50% en 2014, cette évolution est soutenue par la naissance de nombreuses unités de transformation.

Selon la direction générale des industries du bois, le nombre d’unités est au nombre de 130 en 2014 contre 95 en 2010, soit plus de 27% d’augmentation. Sur ce plan, on compterait plus de 20 unités industrielles (2014) de deuxième et troisième transformations dotées d’équipements spécialisés (séchoirs, chaudière écologiques), contre 5 unités (2009), soit un accroissement de 25%. Tandis que 80% d’opérateurs opèrent dans la première transformation (sciage).

Cette réussite est la résultante de nombreuses initiatives des autorités dans ce domaine. Outre la décision gouvernementale d’interdiction d’exporter les grumes, la prise de mesures d’accompagnement en faveur des opérateurs de la filière forêt-bois (février 2010) qui se sont traduites par la mise en place des mesures fiscalo-douanières attrayantes, la création des zones économiques spéciales (exemple de Nkok avec un site en cours de viabilisation sur 70 ha) et la mise en place de plusieurs points francs, dont les principaux avantages sont la réduction de la taxe à l’export au taux de 0% pour une période minimale de 10 ans consécutifs.

Il y a également eu la création et l’identification des domaines industriels du bois par le regroupement d’acteurs de grande et moyenne tailles, en vue de joint-ventures, la défiscalisation des bois transformés destinés à l’export au taux de 1,5%.

On relève également l’adoption du texte de loi portant attributions et organisation du ministère des Eaux et Forêts et la création d’un Fonds forestier national (FFN) portant création organisation et fonctionnement du FFN, ainsi que la création d’une Agence d’exécution des activités de la Filière forêt-bois et la révision de la loi portant Code forestier, sur la période 2010-2015, sont autant de mesures, ayant contribué à ce résultat.

Avec Gabon Economie

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article