Libreville, le
jeudi 5 août 2021

CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 26 /48h
Nombre de décès depuis mars 2020 163 +0

Situation vaccinale

Première dose 59 315
Seconde dose 40 925

% de la population

2,85%
1,97%

Situation globale

64 -4 40 925 25 370 +26
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Justice

Elèves gazés par la gendarmerie : une ONG réclame l’ouverture d’une enquête

Elèves gazés par la gendarmerie : une ONG réclame l’ouverture d’une enquête
Quelques images de l’incident de mercredi dernier © 2017 D.R./Info241

Depuis mercredi dernier où un gendarme gabonais a choqué les mémoires en jetant du gaz lacrymogène dans un taxi-bus confiné, le silence des autorités gabonaises sur cette tentative d’homicide surprend de plus en plus. L’ONG Educaf a décidé de réclamer justice pour ces élèves du lycée technique national Omar Bongo gazés injustement sans que le parquet de Libreville et/ou le ministère des Affaires présidentielles dont dépend la gendarmerie, n’ait daigné communiquer sur ce qui s’apparente clairement à une bavure policière.

Moov Africa

Lire aussi >>> La gendarmerie gabonaise tente d’asphyxier des élèves dans un taxi-bus à Libreville

Pour contraindre les autorités gabonaises à faire toute la lumière sur cet incident, l’ONG Educaf a dans un double courrier, saisi le procureur de la République près du parquet de Libreville et le ministère des Affaires présidentielles, de la Défense nationale. Objectif : obtenir enfin l’ouverture d’une qu’enquête et obtenir la libération de l’lève Jonathan Tsosso Moukoumbi arrêté le jour-même par la gendarmerie.

Dans ce courrier dont Info241 a obtenu copie, son président Geoffroy Foumboula Libeka rappelle aux deux responsables publics le contenu de l’article 1 alinéa 1 de la Constitution qui stipule : « Nul ne peut être humilié, maltraité ou torturé, même lorsqu’il est en état d’arrestation ou d’emprisonnement ».

Une des victimes de l’incident, ici à l’hôpital militaire de Libreville

Pour l’ONG, la culpabilité du gendarme dont le nom a fuité sur les réseaux sociaux, est sans équivoque. « Le gendarme conscient des dangers de mort de lacrymogène (..) a activité sa bombe. Le gendarme avait l’intention d’ôter la vie aux occupants de ce bus ». Et de marteler : « Ce comportement en plein septennat de la jeunesse ne peut rester impuni ».

En effet, depuis le 8 novembre date de l’incident, les autorités gabonaises sont restées particulièrement silencieuses. Aucune communication officielle n’est venu rassurer les gabonais indignés par cette énième bavure policière. Un silence qui inquiète plus qu’il ne rassure. Ce malgré que les victimes aient été prises en charge dans un hôpital militaire de la capitale gabonaise.

Reste donc à connaitre les suites réservées par ces autorités judiciaires à ces plaintes qui ne cessent de leur parvenir d’organisations civiles qui face à la gravité et à la cruauté de cet incident, ont appelé à l’ouverture d’une enquête et la radiation du gendarme incriminé.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article