CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 73 +41
Nombre de décès depuis mars 2020 159 +1

Situation vaccinale

Première dose 35 228
Seconde dose 15 268

% de la population

1,69%
0,73%

Situation globale

290 -152 15 268 24 958 +73
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Incompréhension

Des policiers gabonais contraints d’expliquer leur absence aux meetings d’Ali Bongo

Des policiers gabonais contraints d’expliquer leur absence aux meetings d’Ali Bongo
Des policiers en civils pour le meeting d’ouverture de campagne d’Ali Bongo © 2016 D.R./Info241

Les policiers gabonais seraient-il devenus des obligés du candidat sortant Ali Bongo ? La question mérite d’être posée au regard d’un document interne qui a fuité sur les réseaux sociaux. Dans celui-ci, le commandant de police Soter Katsou Langa aurait adressé des demandes d’explications sde 48h aux policiers s’étant absentés aux derniers meetings du « chef de l’Etat » pourtant simple candidat à la présidentielle gabonaise du 27 août !

Moov Africa

Depuis le début de la campagne présidentielle, plusieurs rumeurs faisaient état de la présence en civils des forces de l’ordre, pour faire le nombre aux meetings du candidat sortant Ali Bongo. Le document ci-dessous démontre ainsi la véracité de ces rumeurs où les commandants de polices réquisitionnent, au mépris du droit, leurs agents pour les manifestations politiques électorales du président-candidat Ali Bongo.

Le document du Soter Katsou Langa qui a fuité sur les réseaux sociaux

Dans ce document, le commandant Soter Katsou Langa réclame aux policiers des explications sur leur absence injustifiée aux meetings de celui qu’il nomme encore « le Chef suprême de sécurité et de défense ». Si Ali Bongo est toujours bien le président du Gabon jusqu’en septembre 2016, il n’en demeure pas moins que les activités politiques qu’ils mènent actuellement relèvent elles du candidat à la présidentielle et non du présidence de la république et de ses fonctions de chef de guerre.

Des amalgames savamment entretenus dans le commandement en chef des forces de sécurité et de défense gabonaises. Démontrant à nouveau que les policiers et autres militaires ne jouissent pas de leur liberté civique, mieux de ceux-ci soit privé de la liberté de choisir de participer à des manifestations politiques autres que celles du candidat sortant.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article