Libreville, le
jeudi 5 août 2021

CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 26 /48h
Nombre de décès depuis mars 2020 163 +0

Situation vaccinale

Première dose 59 315
Seconde dose 40 925

% de la population

2,85%
1,97%

Situation globale

64 -4 40 925 25 370 +26
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Coupure de salaire

Des enseignants privés de salaire en grogne contre leur ministère de tutelle

Des enseignants privés de salaire en grogne contre leur ministère de tutelle
Les enseignants en sit-in au parking du ministère de l’Education à Libreville © 2015 D.R./Info241

Plusieurs enseignants gabonais membres de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) étaient ce mercredi matin au ministère de l’Education nationale en sit-in pour réclamer leurs bons de caisse invisibles depuis déjà 3 mois. Ils sont ainsi sans salaire depuis 3 mois.

Moov Africa

"Nous disons que tant que les bons de caisse ne nous sont pas restitués et que les griefs qui établissent une quelconque faute ne nous sont pas signifiés, nous ne partirons pas d’ici. Jusqu’à preuve du contraire, le mouvement d’humeur que nous avons mené est conforme aux dispositions en vigueur en République Gabonaise", a déclaré un syndicaliste, Yves Alain Koumba, par ailleurs porte-voix des « Oubliés », s’appuyant sur la loi 18/92.

Reconnaissant toutefois qu’en matière de grève, l’article 25 de la loi syndicale au Gabon dispose que les jours de grève ne sont pas payés. Mais que seuls sont reversés à l’agent, le loyer et les allocations d’astreintes. "Pourquoi ne nous restitue-t-on pas cet argent ?", s’est-il interrogé.

Face au sit-in des non lignés des bons de caisse, la réaction du Secrétaire général adjoint du ministère de l’Education nationale, Bruno Salet, ne s’est pas fait attendre pour justifier la non perception desdits bons de caisse litigieux par certains enseignants.

"Sur instructions du Premier ministre, l’ensemble des agents de notre administration a été mis sur bons de caisse en fin mars. Dans le même ordre, il était exigé à tout agent, avant de percevoir son bon de caisse, de présenter une attestation spéciale de présence au poste, qui devait être délivrée à chacun par son chef hiérarchique direct", a-t-il dit, précisant que pour le cas des enseignants, ce sont les chefs d’établissements qui ont été chargés de le faire, au nom de la tutelle.

Selon Bruno Salet, une quinzaine de jours avaient été donnés à tous pour regagner leurs postes d’affectation et se faire établir une attestation de reprise de service, mais cela n’a pas été fait par certains. Les "oubliés" des bons de caisse sont estimés à 220 personnes au total.

Les quelques 18000 enseignants et l’ensemble du personnel administratif du ministère de l’Education ont, sur décision du Gouvernement, été mis sur bons de caisse en mars dernier, suite à la grève des agents publics de l’Etat, qui a paralysé des mois durant, le système éducatif gabonais. Cette mesure gouvernementale visait à contraindre les agents en grève à reprendre le chemin du travail. Les "oubliés" paieraient pour leur affront au gouvernement à moins que ce soit le fruit des erreurs administratives.

Avec AGP

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article