L'info en bref...

Centrafrique : Une fièvre hémorragique fait 4 morts dans le nord du pays

Centrafrique : Une fièvre hémorragique fait 4 morts dans le nord du pays
Centrafrique : Une fièvre hémorragique fait 4 morts dans le nord du pays © 2021 D.R./Info241

Moov Africa

Quatre personnes sont mortes d’une fièvre hémorragique dans la ville de Kabo au nord de la République centrafricaine, a affirmé, jeudi, le ministre centrafricain de la Santé Dr Pierre Somse, lors d’un point de presse. « Cette maladie hémorragique a déjà fait quatre victimes dans la ville de Kabo dans la préfecture de l’Ouham-Fafa », a-t-il déclaré au médias.

Des médias locaux évoquent, ainsi, la maladie à virus Ebola, alors que le ministre de la Santé affirmait la prise de prélèvements pour déterminer la nature de la maladie. Il a, par ailleurs, appelé la population à la vigilance tout en rassurant que des dispositions ont été déjà prises pour freiner la progression de la maladie dans le pays.

En août dernier, le gouvernement centrafricain avait lancé une alerte afin de détecter et de prendre en charge de manière précoce tout cas suspect de maladie à virus Ebola sur son territoire. Cette alerte qui avait été initiée à l’issue d’une réunion d’urgence, intervenait au moment où un cas d’Ebola avait été découvert en Côte d’Ivoire, alors que des mouvements de populations entre ce pays et la République centrafricaine (RCA) sont fréquents, avait indiqué le ministre de la Santé Pierre Somsé.

Il avait précisé que les mesures prises à l’issue de la réunion visaient surtout l’aéroport de la capitale Bangui, de même que les points d’entrée terrestres et fluviaux. Somsé avait sollicité la pleine coopération de ses compatriotes ainsi que de toute autre personne vivant sur le territoire centrafricain pour détecter les cas suspects.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter cette brève