CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32-45
Nombre de décès depuis mars 2020 158+1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Crise PDG

Barro Chambrier fustige la méprise des profito-situationnistes du PDG

Barro Chambrier fustige la méprise des profito-situationnistes du PDG
Barro Chambrier fustige la méprise des profito-situationnistes du PDG © 2015 D.R./Info241

Les épisodes du feuilleton politique de la guerre des clans au PDG (Parti démocratique Gabonais, au pouvoir depuis 1967) continuent à nourrir l’actualité politique du pays. Le désormais député frondeur du PDG, Dr Alexandre Barro Chambrier (ABC) a répondu samedi dernier à Libreville lors d’une rencontre avec ses électeurs du 4e arrondissement de la capitale Gabonaise.

Moov Africa

ABC a rappelé à ses camarades détracteurs, tenanciers de ’’l’appel des Akébés" - diatribe incendiaire prononcée par Frédéric Ntera Etoua à son encontre - le devoir politique patriotique et républicain qui passe par l’exigence des résultats avec le souci du bien-être réel du peuple Gabonais.

Après la diatribe et l’appel à l’exclusion et de toutes les instances dirigeantes du PDG du député Alexandre Barro Chambrier, prononcé par Frédéric Ntera Etoua, conseiller politique, défenseur illuminé du mandat présidentiel d’Ali Bongo et connaissant la vitalité politique et la dynamique intellectuelle du camarade, mis au pilori, il fallait naturellement bien s’attendre à une réponse proportionnelle.

Menacé d’exclusion et ayant été taxé par M. Ntera Etoua de haute trahison au distingué camarade Ali Bongo, Barro Chambrier ne démord pas. A l’image d’un gala de boxe, l’économiste ancien ministre d’Ali Bongo a dans son compte rendu des travaux parlementaires passé en détail "la méprise des profito-situationnistes".

Au rebours des proches d’Ali Bongo, pour qui tout va bien et que le pays avance, bien qu’étant dans une pauvreté grandissante, qu’à leurs propres yeux, le député PDG, Barro Chambrier, en toute lucidité, justifie sa prise de parole "comme un devoir d’honnêteté, de loyauté et de vérité."

Pour le député frondeur, "il ne s’agit pas de faire perdre notre parti. Cette prise de conscience doit nous donner l’occasion de promouvoir la démocratie interne qui comporte beaucoup d’avantages." En refusant "le déni de réalité", l’honorable député affirme : "qu’il y a des avancées dans certains domaines, mais globalement, nous devons revoir un certain nombre de choses par rapport aux engagements que nous avons pris."

Nous vous livrons dans les lignes qui suivent la réponse intégrale du député frondeur à la tête du courant, « Héritage et modernité », dans lequel on retrouve des cadres imposants du parti anciens ministres, députés élus, sénateurs entre autres. Il répond coup par coup, à ses camarades fomenteurs du PDG "énergumènes", "olibrius chômeurs de luxe", ennemis du Gabon et de la remise en question pour le développement du pays.

Compte rendu des travaux Parlementaires de l’honorable Député Alexandre Barro Chambrier. Awendje, Samedi 25 Juillet 2015.

I- CONTEXTE

Mesdames et Messieurs, je vous remercie pour votre présence effective ici à Awendjé écouter le compte rendu des travaux parlementaires. Il s’agit d’un exercice auquel tout élu sacrifie, pour l’information des populations.
Je saisis la même occasion pour vous remercier des nombreux messages de soutien et d’affection qui me parviennent par diverse voies.

II- LES LOIS DONT JE VAIS VOUS ENTRETENIR SONT LES SUIVANTES :

-  Le projet de loi modifiant et abrogeant certaines dispositions de la loi n°19/84, portant adoption de la dernière partie du code civil ;

-  la proposition de loi fixant les quotas d’accès des femmes et des jeunes aux élections politiques et aux emplois supérieurs de l’Etat ;

-  le projet de loi des Finances rectificative exercice 2015 ;

-  la proposition de loi portant sur les modalités de la création d’une société à responsabilité limitée.

III- L’ECLAIRAGE SUR LA SITUATION POLITIQUE DU MOMENT

Avec tout ce que vous entendez et lisez çà et là, j’observe en vous tous des regards interrogateurs, et donc je ne peux pas m’en aller sans vous en dire quelque chose.

Mon engagement pour la politique : je me suis engagé dans la politique pour apporter ma contribution à la résolution des problèmes quotidiennement vécus par nos concitoyens. En tant que père de famille et responsable politique, ces conditions de vie difficiles m’interpellent.

Mon engagement pour la démocratie : n’est pas nouveau. En effet, ma proximité avec Raymond Barre qui fut mon directeur de recherches pour ma thèse, et la fréquentation régulière des personnalités feu les professeurs du monde intellectuel africain tels que Georges Ngango et Thomas Melone ont été déterminantes.

Pas de déni de réalité : il y a des avancées dans certains domaines, mais globalement, nous devons revoir un certain nombre de choses par rapport aux engagements que nous avons pris.

Il ne suffit pas de constater mais il faut passer à la phase pratique pour réduire les difficultés qui accablent entre autres ceux qui ne peuvent avoir un emploi rémunéré, ceux qui ne peuvent pas être pris en charge, qui n’ont pas les 3 repas par jour, ces phénomènes s’étendent à l’ensemble du pays.

Les conseils de ministres délocalisés ont fait beaucoup de promesses. Le PSGE est une tâche pour tous, nous devons nous l’approprier. J’ai été indignement agressé verbalement, insulté, je fais l’objet d’une cabale financée par des personnalités qui seraient tapies quelque part.

Je me dois de répliquer parce qu’à force de mentir il en reste toujours quelque chose. Voilà qu’effectivement nous allons vers une échéance et certains pensent que tout seul ils peuvent y arriver. Nous ne devons pas dilapider l’héritage des valeurs.

La permanence dans l’approche : mon engagement pour la démocratie n’est pas nouveau. La conférence nationale, l’expérience d’une institution financière internationale, la proximité de Raymond Barre, la rencontre avec des grandes figures de la philosophie et de l’économie combattantes de la liberté et de la Démocratie.
La Déclaration du 27 juin 2015 : elle fera date. Préfigurée par une interview accordée à TV+ il y a plusieurs mois.

Les raisons de cette déclaration sont multiples :
C’est un devoir d’honnêteté, de loyauté et de vérité. Il ne s’agit pas de faire perdre notre parti. Cette prise de conscience doit nous donner l’occasion de promouvoir la démocratie interne qui comporte beaucoup d’avantages.
Nos idées portent sur :
-  la modernisation du parti à travers la démocratie interne qui consacre des débats contradictoires contre la répression liberticide, la pensée unique la dérive totalitaire du parti,
-  le dialogue politique avec toutes les composantes
-  la justice ;
-  la culture de la valeur travail ;
-  la crédibilité des institutions ;
-  la bonne gouvernance ;
-  les retombées sociales réellement perceptible ;
-  le respect de l’aspiration démocratique de nos concitoyens ;
-  le respect de l’état de droit ;
-  l’égalité des chances devant la justice sociale ;
-  l’accès au logement, à la santé pour tous etc.…

Ma liberté d’expression : si l’on me demande mon point de vue, je l’exprime en tant que responsable je ne sais pas en quoi cela constitue une remise en cause de la discipline du parti.

La méprise des profito-situationnistes : Ils pensent en découdre. Je suis l’homme à abattre au sens propre comme au sens figuré. Ils peuvent le faire mais qu’ils en mesurent tous les risques. Pourquoi cette agitation autour de moi si j’étais insignifiant ? Le Gabon est un pays qui se veut démocratique, et non totalitaire.
Me situer au-dessus de vils personnages : ils se reconnaissent.

Je ne laisserais pas des olibrius de cet acabit juger de mes capacités au plan administratif et au plan politique.

Dans les ministères ou j’ai été, je pense qu’il faut interroger, je n’ai pas laissé que des mauvais souvenirs. Ce n’est pas un type de personne qui peut apprécier le travail, il est vrai que je me suis efforcé d’appliquer des préceptes et des principes en rapport avec la rigueur, l’efficacité, et que j’ai toujours été réticent vis à vis des compromissions.

Je ne savais pas que j’étais aussi important au point d’empêcher les gens de dormir. Ils manquent d’humilité et de discernement.

-  Un olibrius, chômeur de luxe, qui a trouvé un point de chute quelque part, qui a voulu être sénateur mais qui a échoué, qui écrit des tracts pensant pouvoir me discréditer, qui pense m’exclure du PDG. Le comble est que je l’y ai amené il n’y a même pas trois ans. Auparavant je l’avais battu à plate couture en 2006 sous la bannière de l’UPG, et les voix qu’il avait obtenues étaient liées à la personnalité et au charisme de feu Pierre Mamboundou.

-  L’autre énergumène, le principal commanditaire bien identifié, un repris de justice condamné pour les délits très graves avec mort d’homme, chassé des Akébé, connu pour être passé dans toutes les écuries, ce profito-situationniste de dernière génération qui tente de venir inoculer le tribalisme. C’est un tartufe ignorant des réalités de notre siège, qui vient débiter ses âneries écrites par un pseudo mercenaire à court d’argument, allé lire leur prose immonde dans un bar mitoyen.

Ma détermination à aller de l’avant : qu’ils soient assurés de ma détermination à me battre avec mes amis ici présents. Qu’ils mesurent le risque de me pousser vers une radicalisation qui ne donnerait pas cher à leur avenir.
Appel à la vigilance et la sérénité : chers amis, restons sereins et patients- occupons-nous des problèmes qui touchent aux populations pour faire aboutir le changement.
Restons des Pédégistes de conviction et non de circonstance :
Je réitère ici ce qui doit nous caractériser.
-  être PEDEGISTE c’est privilégier le dialogue qui implique la communication, l’échange, l’ouverture à l’autre.

-  être PEDEGISTE c’est faire preuve de tolérance, en acceptant l’autre dans ses différences ;

-  Etre PEDEGISTE c’est cultiver La paix, qui est une conséquence logique du Dialogue et de la Tolérance, et qui conditionne par excellence tout développement ;

-  Etre PEDEGISTE c’est faire preuve de Responsabilité, qui nous demande d’assumer les actes que nous posons ;

-  Etre PEDEGISTE c’est prôner l’unité, qui donne toute la force à notre Parti pour continuer d’exister, et de s’imposer comme première force de proposition et d’action.

-  Etre PEDEGISTE c’est ne pas tricher avec les réalités, et se concentrer sur les vrais problèmes, ne pas dire que tout va bien lorsque des difficultés se dessinent à l’horizon.

Réitérer les remerciements pour la fin de la communication.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article