CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 26 /48h
Nombre de décès depuis mars 2020 163 +0

Situation vaccinale

Première dose 59 315
Seconde dose 40 925

% de la population

2,85%
1,97%

Situation globale

64 -4 40 925 25 370 +26
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Suspension administrative

Une juge gabonaise suspendue pour avoir rejeté une requête d’Ali Bongo sur sa santé

Une juge gabonaise suspendue pour avoir rejeté une requête d’Ali Bongo sur sa santé
Une des rares apparitions publiques d’Ali Bongo depuis son AVC © 2019 D.R./Info241

La justice gabonaise est-elle indépendante du pouvoir politique ? La question mérite d’être posée au regard de la décision administrative que vient de prendre les services d’Edgard Anicet Mboumbou Miyakou. Pour avoir osé débouter le président gabonais dans un procès réclamé par le mouvement citoyen « Appel à agir », la présidente de la Cour d’appel de Libreville, Paulette Ayo Mba, vient a été suspendue ce lundi par le ministère de la Justice. Une décision inédite contre la juge qui avait osé demander à entendre les différentes parties dans le fond de l’affaire sur la santé d’Ali Bongo.

Moov Africa

Lire aussi >>> Vacance de pouvoir : la Cour d’appel contraint Ali Bongo à un nouveau procès le 26 août !

Ali Bongo ne sera certainement pas obligé de s’expliquer le 26 août sur son état de santé devant la Cour d’appel de Libreville, dans le cadre du procès intenté contre lui par Appel à Agir. Le régime de Libreville a trouvé la parade pour éviter ce procès : la suspension de ses fonctions du premier juge de cette Cour, Paulette Ayo Mba, en charge du dossier. Une décision administrative signifiée par voie d’huissier à la juge hier.

La juge suspendue, Paulette Ayo Mba épouse Akolly

Pour le ministère de la Justice à l’origine de cette décision, la juge «  s’est illustrée par un refus de respecter une décision de justice rendue le 26 juillet 2019 par monsieur le président de la Cour de cassation  ». Une faute qui vaut à l’intéressée une exclusion temporaire de plus de 40 jours des effectifs de la justice gabonaise avec pour conséquence, le non-paiement de son salaire de septembre prochain.



La décision du secrétaire général François Mangari

Une décision controversée qui ne manque pas de porter atteinte à l’indépendance de la justice, fortement clamée à l’envi par les autorités gabonaises dans une affaire très politique touchant à la santé décriée d’Ali Bongo depuis son accident vasculaire cérébral survenu en octobre dernier. Une façon habile de veiller à la non-tenue de l’audience prévue le 26 août par la Cour d’appel ? Que cache donc cette décision ?

Rappelons que dans cette affaire, le mouvement Appel à agir réclamait de la cour d’appel, la désignation d’un medecin-expert pour se pencher sur les capacités d’Ali Bongo, victime d’un AVC qui l’avait éloigné du Gabon durant de longs mois. Une expertise rejetée par le camp présidentiel qui affirme qu’Ali Bongo a la plénitude de ses moyens cognitifs et intellectuels pour demeurer à la tête du pays.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article