Democratie

Révolution pour l’instauration des démocraties en Afrique : le retard Gabonais !

Révolution pour l’instauration des démocraties en Afrique : le retard Gabonais !
Révolution pour l’instauration des démocraties en Afrique : le retard Gabonais ! © 2014 D.R./Info241

L’œil du citoyen assiste avec ferveur et espoir que les peuples d’Afrique sont en ébullition au Maghreb et la révolution pour une véritable démocratie y est en marche. Nous pourrons même dire qu’elle y a pris place. En Afrique noire, surtout au Gabon et en Afrique centrale, c’est le calme plat. Alors que dictature, corruption, répression, humiliations, brimades, privations et tous les abus y sont légions. Le Sénégal et le Burkina Faso ont inscrit leurs noms en lettre d’or sur la liste des pays pionniers de cette révolution noire. A quand le réveil de celui de la population Gabonaise ?

Info241 sur Whatsapp

A concurrence, souvent à un degré plus élevé et sur une période plus vaste. Les peuples d’Afrique noire se réveillent nonchalamment. Ils font entendre leur voix après la révolution arabe. A travers des associations « y en a marre » ou « touche pas à ma constitution » et une organisation bien huilée les Sénégalais sont entrés le 23 juin 2011 dans l’histoire africaine.

Notamment dans le combat citoyen du peuple pour le renforcement des jeunes démocraties en faisant reculer l’équipe de Maître Abdoulaye Wade. Et d’un commun accord, ils se sont unis comme les cinq doigts de la main afin que Wade puisse retirer son projet de réforme constitutionnelle. "Le vieux président" a voulu rectifier le tir en haussant la barre gagnante de 25% à 50%. Mais la détermination des manifestants ne s’était pas affaiblie et ce qui devait arriver arriva.

Le projet a été entièrement retiré dans la même journée, consacrant ainsi la victoire du peuple sur les calculs politiciens de Wade qui visaient uniquement à imposer son fils Karim impopulaire au peuple du Sénégal. Sinon, à l’époque, (juin 2011) comment expliquer une telle célérité de réforme constitutionnelle à 8 mois des élections présidentielles de 2012 ? Comment peut-on penser être élu à 25% de suffrage universel ? Au nom de quel droit constitutionnel, un président de la république, fut il élu à 100% peut se donner le pouvoir de désigner à lui seul son vice-président c’est-à-dire la deuxième personnalité la plus importante de son pays ? C’est inadmissible, c’est absurde, c’est fou.

Et les Sénégalais n’ont pas manqué à démontrer l’absurdité de ce projet et à le rejeter totalement. Ce fût le premier bras de fer gagné par un peuple (mains nue dans la rue) après les indépendances. Merci au peuple sénégalais. L’Afrique est fière de vous et la jeunesse Gabonaise doit s’en inspirer fortement. L’œil du citoyen en plein éveil remercie du plus profond de son âme patriotique d’avoir donné l’exemple aux autres peuples d’Afrique noire francophone.

A la jeunesse sacrificielle du Gabon de suivre l’exemple en évitant des raccourcis faciles du fait des avantages matériels des groupuscules . Aux Tchadiens, aux Camerounais, aux Equato-Guinéens, aux Congolais de tirer tous les enseignements positifs de cette révolution. On ne le dira jamais assez, la démocratie ne s’octroie pas mais elle s’acquiert à travers des luttes effrénées, périlleuses (mortelles) et permanentes.

L’œil du citoyen recommande et appelle de toutes les forces puisées dans la mémoire des martyrs combattant pour la liberté de 1990 et des morts de Port-Gentil de 2009, aux frères et aimables Gabonais, nous voudrons appeler à la persévérance et au réveil national. La facilité, la peur, l’absence de combat ou son renoncement ne doivent pas rythmer notre vie. Nous avons certes un lourd passé d’intimidation, de martyr, de torture. Mais cela doit augmenter notre caractère et notre détermination à lutter pour une société plus juste, plus libre. C’est le seul héritage possible et digne qu’on puisse laisser à nos enfants, petits-enfants.

Les récriminations passives et sempiternelles de petite vie dans les bars, les marchés mont-bouët, banane, à la gare routière, au rendez-vous des parents d’élèves à Rio, au carrefour maire, à la balise, au carrefour Moussa, au carrefour Isaac, au carrefour du bonheur, sous l’arbre à palabre, à l’interro à l’UOB, dans les amphis, les administrations, les champs agricoles, à la pêche, aux cabarets sont insignifiantes. Et sonnent comme une fuite en avant. Tant que nous ne nous attaquons pas aux racines de nos problèmes, c’est-à-dire à la mauvaise gouvernance, à la gestion matrimoniale, clanique et de la terreur, nous serons toujours bien loin du bout du tunnel. Il nous faut prendre des risques, au péril de nos acquis personnels, oui la liberté et la démocratie sont (heureusement ou malheureusement) à ce prix. C’est le seul moyen de résister et tendre vers une solution idoine, pacifique.

Tout le reste n’est que du dilatoire. La preuve édifiante réside dans les derniers résultats des élections présidentielles (du 30 Août 2009 et législatives de (Décembre 2011) où le parti au pouvoir depuis bientôt un demi-siècle (50 ans), aussi moribond soit-il, gagne haut la main toutes ces élections mal organisées et frauduleuses.

Si nous pensons que la révolution maghrébine est très éloignée de nous pour pouvoir bien la copier, inspirons nous des exemples proches de nos frères Sénégalais et Burkinabés. Hier le Sénégal avec "Ne touches pas à ma constitution !" ou "Y en a marres" aujourd’hui le Burkina Faso, à travers le slogan "Président, quitte le pouvoir", "le balai citoyen", "Tournons la page ! », la voie est toute indiquée. Tout le reste ne sera que diversion.

Peuple citoyen notre responsabilité est de mise. Pour L’œil du citoyen c’est à nous de faire notre entrée sur les planches du théâtre revendicatif de la limitation des mandats présidentiels pour un quinquennat renouvelable une fois. Et surtout la révision de notre Constitution en y intégrant toutes les clauses inscrites dans la Loi fondamentale du 26 mars 1991 au prix du sacrifice de nombreux martyrs combattants pour la liberté.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article