Front social

Les assurés CNAMGS à nouveau refoulés des structures sanitaires publiques du Gabon

Les assurés CNAMGS à nouveau refoulés des structures sanitaires publiques du Gabon
Les assurés CNAMGS à nouveau refoulés des structures sanitaires publiques du Gabon © 2022 D.R./Info241

C’est l’annonce faite ce jeudi par deux redoutables organisations syndicales du secteur santé. Les malades bénéficiant de la protection de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) seront désormais persona non grata dans les établissements sanitaires publiques. En cause, les nombreux arriérés de paiement de cette caisse d’assurance maladie publique qui plomberaient la santé financière et le fonctionnement desdites structures de soins.

Info241 sur Whatsapp

Sale temps pour les assurés de la CNAMGS. Le Syndicat des médecins fonctionnaires du Gabon (Symefoga) et le Syndicat national des agents de santé (Synas) ont saisi ce jeudi la Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda pour l’informer de leur décision de suspendre « l’utilisation des feuilles de soins et de bons d’examens CNAMGS dans les structures publiques à compter du 5 mai 2022, et ce jusqu’à nouvel ordre », écrivent-ils dans un courrier parvenu à la rédaction d’Info241.

La coalition de syndicats rendant public son courrier adressé à la Première ministre

Une décision prise en raison de de l’incapacité de la CNAMGS « de liquider sa dette vis-à-vis des hôpitaux publics », martèle les deux principaux syndicats du secteur. A ce problème s’ajoute « la difficulté des responsables de structures à engager totalement les crédits qui leur sont allouer, sans oublier la mauvaise gouvernance des établissements publics de santé faute de managers véritables », crient en chœur le Symefoga et le Synas via leur différent responsable.

Des manquements ont pour corollaire de mettre les structures de santé publiques à rude épreuve, les empêchant de remplir correctement leurs missions et d’assurer la qualité des soins à offrir aux usagers. « Les services dans les différentes structures de santé fonctionnent à minima quand ils ne sont pas fermés du fait des équipements incomplets ou vétustes, de la rupture en réactifs, consommables et médicaments jusqu’aux antiviraux », déplorent le Symefoga et le Synas.

Les syndicats dénoncent aussi le mutisme du ministère de la Santé qui « en totale violation des règles de bienséance de l’administration publique (..) exige une réponse à chaque correspondance reçue ». Au contraire, « Nous avons reçu un silence assourdissant de notre département ministériel », se désolent la présidente Christiane Mengue M’Asseko (Symefoga) et le président Franck Josaphat Biyogho Bi Mba. D’où la menace d’exclure les assurés CNAMGS de ces structures. Une situation de crise pour laquelle l’arbitrage de la Première ministre est vivement attendu.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article