CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 265
Nombre de décès depuis mars 2020 173 +3

Situation vaccinale

Première dose 99 248
Seconde dose 74 961

% de la population

4,78%
3,61%

Situation globale

802 +227 74 961 26 638 +259
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
L'info en bref...

La HAC ne veut plus que les médias religieux gabonais se mêlent de politique !

La HAC ne veut plus que les médias religieux gabonais se mêlent de politique !
La HAC ne veut plus que les médias religieux gabonais se mêlent de politique ! © 2020 D.R./Info241

Moov Africa

Plus jamais de débat politique dans les médias religieux du Gabon ! La Haute autorité de la Communication (HAC) a convoqué hier les responsables de médias religieux pour un sermon en règle. "Vous devez savoir que vous n’êtes pas d’utilité publique et votre ligne éditoriale est d’ordre confessionnel, donc religieux. Par conséquent vos médias ne doivent pas servir de caisse de résonance ou de chapelle politique", a lancé à ces responsables de presse le patron de la HAC, Raphaël Ntoutoume Nkoghé.

Pour mieux contrôler ces médias à l’avenir, Raphaël Ntoutoume Nkoghé n’a pas hésité à exiger de ces responsables une grille de leurs programmes avant le 31 août. « Les médias religieux doivent rester dans leur cadre confessionnel. Car ce n’est pas normal que les émissions de certains médias religieux sont au trois quart des débats politiques. Et les deux tiers des invités, des personnalités politiques », a déclaré le gendarme en chef de la HAC.

Considérée à tord ou à raison comme un "censeur" politique des médias, la HAC entend mener à bien ses missions en rappelant à l’ordre la presse religieuse. Celle-ci a été instamment sommée de tourner le dos à la politique et à ne se focaliser que sur la région.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter cette brève