CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 77/48h
Nombre de décès depuis mars 2020 157+0

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

510 -178 12 337 24 832 +77
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Crise secteur pétrolier

L’ONEP annonce la suppression de 3.000 emplois dans le secteur pétrolier gabonais

 L’ONEP annonce la suppression de 3.000 emplois dans le secteur pétrolier gabonais
L’ONEP annonce la suppression de 3.000 emplois dans le secteur pétrolier gabonais © 2017 D.R./Info241

Le secrétaire général adjoint de l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP), Sylvain Mayabi Binet a fait le point sur la situation qui prévaut actuellement dans le secteur pétrolier gabonais et, notamment au sein de l’entreprise Maurel et Prom. La crise du pétrole aurait déjà coûté près de 3000 emplois, selon le SGA de l’ONEP.

Moov Africa

Aussi, a-t-il indiqué au cours de cet échange, que depuis le début de la crise pétrolière survenue à la fin de la première moitié de l’année 2014, près de 3000 emplois auraient déjà été perdus dans le secteur pétrolier et activités connexes, via des plans de licenciements économiques et des départs négociés.

Il a également déclaré que plus de 1000 travailleurs sont aujourd’hui en stand-by, ou en situation des congés techniques qui se renouvellent indéfiniment. Plus grave, certaines sociétés de services pétroliers, ainsi que des sous-traitants tels que Ensign, Exterran, KCA Deutas, IPS Services ont, quant à eux, tout simplement licencié tout leur personnel.

Selon M. Mayabi Binet, ces chiffres pourraient bien être plus importants, dès lors qu’ils ne prennent pas en compte les situations dont l’ONEP n’a pas connaissance.

Avec Ecofin

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article