Exclusions

Jean Boniface Asselé chasse définitivement sa fille Nicole et deux de ses amis de son parti !

Jean Boniface Asselé chasse définitivement sa fille Nicole et deux de ses amis de son parti !
Jean Boniface Asselé chasse définitivement sa fille Nicole et deux de ses amis de son parti ! © 2022 D.R./Info241

Le divorce est définitif entre le président du Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité) et sa déléguée générale. Après deux ans de scènes de ménage politique de leadership, la coupe semble pleine entre Jean Boniface Asselé et sa fille Nicole à qui il avait confié les rennes du parti en 2019. La décision d’exclusion du 28 février a été confirmée ce samedi au cours d’une énième réunion du directoire du parti à son siège de Libreville.

Info241 sur Whatsapp

Ce n’est pas un énième caprice ou une nouvelle scène de ménage. Nicole Asselé, Alexandre Désiré Tapoyo et Lévy Mbina Mbina sont bien définitivement exclus des rangs du CLR. C’est ce qu’a confirmé le président du parti Jean Boniface Asselé au terme d’une réunion du directoire de ce parti de la majorité présidentielle d’Ali Bongo. Asselé a surtout tenter de convaincre que son parti n’était pas un parti familial.

« Il est vrai que c’est ma fille, mais le CLR n’est pas un parti de famille. La familiarité a des limites. Pour moi, je pense que c’est une indisciplinée qui ne me respectait pas, qui contredisait les décisions que je prenais. J’ai essayé de la couvrir, elle n’a pas accepté et je l’ai exclue parce qu’un président d’un parti a un pouvoir discrétionnaire. Cela fait deux ans que l’on a passé en train de se chamailler, il était bon qu’elle parte du parti », a-t-il déclaré.

Un divorce en raison de nombreux manquements. « Je n’ai pas apprécié le fait que mon Délégué général m’ait écrit une lettre des injures parce que je lui ai demandé le rapport du congrès qu’elle avait camouflé, en tant que président fondateur du parti. J’ai téléphoné au ministre d’Etat à l’Intérieur pour lui signifier que j’ai jamais signé ce rapport que lui il a paraphé », a déclaré ce général d’armée à la retraite.

Une décision que conteste toujours la concernée. « La qualité de membre du parti se perd en cas de démission, décès et d’exclusion prononcée par le directoire pour faute grave », a-t-il justifié en invitant les militants rebelles à aller voir ailleurs. « Il faut que les gens comprennent que ce siège est ma propriété. J’ai créé mon parti en mettant à sa disposition mes biens. C’est moi qui paie tout ici. Si quelqu’un n’est pas d’accord, il va faire son parti ailleurs. Et s’il rentre ici dans ce siège n’importe comment, il sortira n’importe comment aussi ». Voilà qui est dit !

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article