Terrorisme

France : un attentat contre Charlie Hebdo fait 12 morts et plusieurs blessés

France : un attentat contre Charlie Hebdo fait 12 morts et plusieurs blessés
Capture d’écran d’une vidéo amateur prise lors de la fuite des terroristes © 2015 D.R./Info241

On en sait désormais un peu plus sur la fusillade terroriste qui s’est produite hier matin dans les locaux parisiens du journal satirique français Charlie Hebdo. Deux hommes armés y ont semé la mort de douze personnes et de plusieurs autres blessés. C’est le plus grave attentat en France depuis plus d’un demi-siècle.

Moov Africa

Tenue paramilitaire, gilet pare-balles, cagoules, et lourdement armés. C’est ainsi que les responsables du carnage se sont présentés, hier matin, à la rédaction de Charlie Hebdo. Leur nombre est longtemps resté sujet à caution, hier soir. Au moins deux, comme on pouvait le voir sur des vidéos amateurs tournées devant les locaux de Charlie Hebdo, avant leur fuite. Mais selon le procureur de Paris, François Molin, un témoin a constaté la présence d’un troisième complice dans leur voiture.

Le déroulé des faits est plus précis, notamment grâce au témoignage d’une salariée de Charlie, la dessinatrice Coco. Dans une interview accordée au site du journal L’Humanité, elle explique qu’elle est tombée nez à nez dans la rue avec deux hommes encagoulés, qui lui ont demandé de taper son code d’accès pour entrer dans le bâtiment et monter dans la rédaction. Elle était accompagnée de sa fille qu’elle venait d’aller chercher à la garderie : « J’ai tapé le code. Ils sont montés et ils ont tiré sur Wolinski, Cabu… Ça a duré 5 minutes… Je m’étais réfugiée sous un bureau. Ils parlaient parfaitement le français et se revendiquaient d’Al-Qaïda. »

On sait ainsi que leur action était minutieusement préparée, car ils ont mené leur attaque au moment où de nombreux journalistes et de dessinateurs du journal satirique étaient présents, lors de la conférence de rédaction hebdomadaire du mercredi matin à 10 heures.

Selon des sources policières, le mode opératoire des tueurs, leur calme, leur détermination et leur efficacité, est la marque d’hommes ayant subi un entraînement poussé, de type militaire.

À leur arrivée dans les locaux, les deux hommes ont d’abord abattu un homme se trouvant à l’accueil. Puis ils se sont retrouvés face à un policier du service de protection des hautes personnalités, chargé au quotidien de la protection de Charb. Celui-ci a été tué sur le coup, avant que les terroristes ne poursuivent leur massacre, après avoir demandé aux journalistes présents de décliner leurs identités. Puis ils ont crié « Nous avons vengé le prophète », et « Allah Akbar ». Au moins une trentaine de coups de feu ont été tirés faisant de nombreux morts et blessés. Les vidéos réalisées au moment de leur fuite laissent entendre ce cri des tueurs : « On a tué Charlie Hebdo ! ».

Un policier abattu au sol, une balle dans la tête

En repartant, à quelques pas du journal, les assaillants se trouvent face à une patrouille de police à bord d’un véhicule sérigraphié, entraînant un premier échange de coups de feu, sans faire de blessés. Ensuite, ils tombent sur deux autres policiers, arrivés en VTT, qu’ils mitraillent sans les toucher. Enfin, boulevard Lenoir, une troisième patrouille de police est prise pour cible. L’un des policiers, brigadier au commissariat du 11e arrondissement, est d’abord blessé. Il s’effondre au sol, supplie et l’un des tueurs l’abat d’une balle dans la tête. Une scène filmée par un témoin, où la détermination du tueur est saisissante.

Ils repartent ensuite au volant d’une Citroën noire. Un peu plus loin, place du colonel Fabien, les deux hommes percutent une automobiliste, blessée légèrement. Pris en chasse par des véhicules de police, ils abandonnent ensuite leur voiture porte de Pantin. Ils braquent alors un automobiliste et s’enfuient vers le Nord de Paris à bord de son véhicule, une Renault Clio grise. Les forces de l’ordre perdent alors leur trace. Trois mille hommes sont mobilisés pour cette chasse à l’homme, l’une des plus importantes jamais menées à Paris.

Selon le ministre de l’Intérieur, « trois criminels », impliqués dans l’attaque, sont recherchés activement, sans préciser le rôle du troisième. Tout est mis en œuvre pour « neutraliser le plus rapidement possible les trois criminels », a déclaré le Bernard Cazeneuve.

L’enquête est menée « en flagrance par la section antiterroriste du parquet de Paris des chefs d’assassinat et tentative d’assassinat, vol à main armée en bande organisée, infractions à la législation sur les armes », « en lien avec une entreprise terroriste », et « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme ayant pour objet la préparation d’un ou plusieurs crimes ».

Ont été saisis la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), la sous-direction de l’antiterrorisme de la PJ (SDAT) et la section antiterroriste (SAT) de la PJ parisienne.

Source : ladepeche.fr


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article