CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Justice

Deux gabonais condamnés à la réclusion criminelle pour avoir commis un crime rituel

Deux gabonais condamnés à la réclusion criminelle pour avoir commis un crime rituel
Gérard Mba Eyime et Henri Bengone b’Evouna condamnés à la réclusion criminelle © 2019 D.R./Info241

Plus de 6 ans après les faits, deux auteurs d’un crime rituel au Gabon avec prélèvement d’organes humains ont été condamné mardi à Oyem (Woleu-Ntem). Le commanditaire de ce crime odieux, un ancien sénateur du parti au pouvoir n’a cependant pas été inquiété. Pour avoir assassiné froidement un compagnon de chasse, Achille Obiang Ndong, Gérard Mba Eyime et Henri Bengone b’Evouna ont écopé de la réclusion criminelle l’un à perpétuité, l’autre pour 12 ans.

Moov Africa

Le fléau des crimes rituels qui décime de nombreuses vies pour des raisons fétichistes ou pécuniaires, continue d’être une réalité fortement gabonaise. C’est pour tenter de conjurer le phénomène et pour rendre justice aux familles endeuillées, qu’un procès a livré son épilogue mardi 8 janvier à la Cour d’appel judiciaire d’Oyem.

Un fléau politico-fétichiste

Les faits jugés lors de cette sordide affaire criminelle remontent au 13 août 2012 au village Mefane, près d’Oyem où trois villageois s’étaient rendus à une partie de chasse. Bengone b’Evouna, qui avait conclu avec un sénateur local, un contrat de fournitures d’organes humains, a abattu froidement la victime Achille Obiang Ndong. Un crime commis à l’aide de son fusil de type calibre 12, près de la rivière Assebengone, qui jouxte le campement.

Après avoir exécuté leur victime, Bengone b’Evouna et Mba Eyime procéderont au prélèvement des organes sur le corps inerte d’Obiang Ndong. AAprès quoi ils enterrèrent la dépouille au bord d’une rivière. Rentrés au village le lendemain, les deux criminels déclareront que leur compagnon de chasse s’était égaré en forêt. Une version que n’avait pas réussi à avaler la famille du disparu.

Tué pour ses organes

Après moult recherches vaines, la famille déposera plainte contre les deux compagnons de chasse. Entre les mains de la police judiciaire, Bengone b’Evouna avouera avoir exécuté ce crime rituel pour le compte d’un ancien sénateur pour la modique somme de 800.000 F CFA.

Il reconnaîtra aussi avoir déjà perçu une avance de 250.000 F CFA au domicile de l’ex sénateur. Bengone b’Evouna aurait prélevé les organes de sa victime à l’aide d’un couteau notamment un doigt de chaque main et la langue avant d’enfuir le corps de la victime au bord de la rivière Assebengone.

Au cours du procès, le Parquet général avait requis la perpétuité eu égard à la gravité des faits : assassinat et dissimulation du corps avec prélèvement d’organes. La Cour criminelle a déclaré les inculpés coupables de crime d’assassinat et de complicité d’assassinat. Elle a accordé des circonstances atténuantes à Gérard Mba Eyime en lui accordant 12 ans de réclusion criminelle contre la perpétuité pour Gérard Bengone b’Evouna.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article