CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 32 -45
Nombre de décès depuis mars 2020 158 +1

Situation vaccinale

Première dose 29 400
Seconde dose 12 337

% de la population

0,014%
0,005%

Situation globale

442 -68 12 337 24 864 +32
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Mysticisme

Une jeune fille violée lors d’un rituel de purification satanique à Lambaréné

Une jeune fille violée lors d’un rituel de purification satanique à Lambaréné
La jeune fille victime de ses bourreaux © 2014 D.R./Info241

Une collégienne de 18 ans, a été victime d’un abus sexuel lors d’un rituel diabolique orchestré par un féticheur et son client en quête du « salut » et de purification professionnelle. L’entourloupe a eu lieu lors d’une messe noire organisée nuitamment derrière des habitations le 23 octobre dernier à Lambaréné, le chef-lieu de la province du Moyen-Ogooué (centre du Gabon).

Moov Africa

La jeune femme souffre encore d’horribles flashbacks et n’arrive pas à dormir correctement. Elle a été violée le 23 octobre dernier par un homme lors d’une cérémonie satanique à Petit-Paris 3, un quartier du 2ème arrondissement de Lambaréné.

Se rappelant son tourment, elle a expliqué à la police qu’elle a été violée derrière des habitations, dans l’obscurité totale, par un homme de 33 ans ayant perdu son emploi, qui s’est rendu à Lambaréné pour aller faire un rituel de purification d’acquisition de chances chez un féticheur nommé Alain Massandé, 43 ans.

C’est la jeune collégienne que le maître spirituel et son client ont choisie comme victime expiatoire. Peu avant cette terrible épreuve, le ’’Nganga’’ avait demandé à la jeune fille de ne pas divulguer le secret au risque d’attraper les crises de folies ou de perdre son enfant de six mois qu’elle lui avait emmené pour des soins traditionnels à la suite d’un problème au cou.

ORGIE.

J’ai été emmenée derrière la maison dans un coin sombre. Après s’être concertée avec le maître spirituel, mon bourreau m’a déshabillée prétextant m’enlever la malchance. Puis, il m’a mise au sol avant d’abuser de moi," a rapporté la victime, précisant que les faits se sont répétés à deux reprises.

La première partie de la soirée a débuté par une orgie, mais en plein milieu de la nuit, quelques participants sont rentrés chez eux. La victime a été dirigée par le guérisseur et son client jouant le rôle d’une sorte de maître de cérémonie. Elle a déclarée y avoir été emmenée dans le dessein d’aller finaliser la protection de sa fille malade.

Elle y est allée après le refus de sa mère, M-C.K qui s’était d’abord farouchement opposée à son déplacement tard vers le sanctuaire du maître spirituel. « J’étais trop effrayée pour pouvoir parler. On m’a dit de ne jamais en parler à personne, » Francia a été trop traumatisée pour en parler à sa mère de retour du sanctuaire.

Vers 4 heures du matin, elle s’est mise à pleurer. Dans un premier temps, a expliqué une source familiale, la femme du maître spirituelle a pensé que Francia était obnubilée par la santé de sa fille. Lorsqu’elle a été pressée de questions par son interlocutrice, elle a déclaré qu’elle ne pouvait pas trahir le secret pour ne pas attraper les crises de folie ou perdre son enfant.

Devant les assurances données par la femme du maître spirituelle, la jeune fille a finalement dénoncé l’abus sexuel satanique dont elle avait été victime dans le sanctuaire. Cette nouvelle a mis en courroux la mère de la victime. Le lendemain, M-C.K a porté plainte contre le ‘’Nganga’’ et son complice.

Interpellés, les deux hommes ont été placés en garde à vue au commissariat d’Isaac. Au terme de leur garde à vue prolongée pour nécessite d’enquête, ils ont été présentés devant le parquet de Lambaréné. Après avoir été entendus par le procureur de la République, ils ont été auditionnés par le juge d’instruction, qui les a, in fine, laissés en liberté.

Selon toute vraisemblance, Alain Massandé et Jean-Louis Moueyi avaient organisée une veillée dans le seul dessein d’extraire les chances de la jeune fille. Il avait demandé à son client une somme de 2.500.000 F CFA pour qu’ils lui fabriquent des amulettes à même de lui permettre de reconquérir l’emploi et le poste de responsabilité qu’il avait perdus.

Source : Jonas Moulenda

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article